Tech

Géoportail 3D, une alternative crédible ?

Dossier - De Google Earth à Géoportail 3D
DossierClassé sous :informatique , Bing Maps , Bing Maps 3D

-

Ce dossier fait le point sur les évolutions des systèmes de cartographie en ligne, de Google Earth à Géoportail sans oublier de les confronter au trouble-fête Bing Maps 3D lancé dernièrement par Microsoft.

  
DossiersDe Google Earth à Géoportail 3D
 

Géoportail 3D, « Le Google Earth à la française » ?

Qu'en est-il du jeu collectif de celui qui s'affiche comme son concurrent français ? Dès la page d'accueil, l'IGN annonce la couleur : « Le portail des territoires et des citoyens ». Depuis la création de son Géoportail, l'institut a multiplié les partenariats dans les domaines du loisir, de l'éducation, du monde professionnel, de la vie pratique et de l'information citoyenne.

Parmi les sources d'informations prestigieuses qui ont fait leur entrée sur le site on trouve Météo France, Bison Futé, Sirius Online et plusieurs organismes d'informations sur diverses formes de pollutions. Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) qui intégra à l'outil son « géocatalogue » rassemblant 980 cartes géologiques ainsi que des infrastructures de transport, des plans d'urbanisme et des cartes de prévention des risques. Géoportail c'est aussi 87 départements accompagnés de données topographiques précises, où figurent entre autres 700.000 cours d'eau, 1,3 million de kilomètres de routes et chemins de randonnées et 18 millions d'édifices. Enfin, 550.000 planches de cadastres sont consultables depuis Géoportail.

Des zones d'ombre sur le terrain

En 2006, lorsque l'on se promenait dans la rade de Brest, on découvrait un étonnant découpage dans l'image, au niveau de l'arsenal. En effet, en lieu et place du site sensible, un aplat blanc occultait des pans entiers de la berge et de la ville, c'était la manière adoptée par l'IGN sur Geoportail pour masquer les sites stratégiques protégés par le décret de 1973, interdisant la diffusion de leurs vues aériennes. Ainsi, la rade de Toulon, la base opérationnelle nucléaire française de l'île Longue, et même le château de Bity en Corrèze - la résidence secondaire de la famille Chirac - s'affichaient sous un blanc immaculé.

(Cliquer pour agrandir.) A gauche les zones stratégiques masquées par des blancs ostentatoires en 2006. A droite les mêmes zones en 2009 simplement floutées © IGN

Mais le recours à ces artifices mis à mal le concept de liste secrète des sites stratégiques, puisque, par la singularité de leur représentation, ils étaient aisément localisables : « Cela montre plutôt du doigt les zones sensibles auxquelles un terroriste pourrait porter son intérêt », commentait un responsable du ministère de la Défense. Ainsi, pour pallier à ce paradoxe, l'IGN remplaça ces blancs par des zones floutées, comme sur Google Earth.  

Quid du futur de Géoportail 3D

Depuis qu'il s'est enrichi d'une troisième dimension, service toujours au stade de bêta, assortie de couches d'information de service public. Si l'ajout des vues en trois dimensions à fut un atout indéniable par rapport à Google Earth, quelques années plus tard, le service peut décevoir. En sus, d'un point de vue technique, le service Géoportail 3D est loin d'être irréprochable. Tout d'abord le choix de la firme Skyline peut ébranler l'image d'une alternative à l'hégémonie américaine dans le secteur. De plus le rendu obtenu sous TerraExplorer est loin d'être irréprochable. Sans être un spécialiste du domaine, il est facile de discerner des artefacts de compression d'un point de vue de l'imagerie, mais aussi une modélisation des reliefs largement en deçà de ce que propose Google Earth.

Il faut tout de même signaler un enrichissement du catalogue du service. Ainsi les institutions et collectivités locales ont-elles été invitées à  ajouter leurs propres informations au catalogue de Géoportail, pour offrir aux citoyens des couches d'informations de proximité relatives à l'environnement (localisation des zones protégées, cartes de pollution), à la géologie (localisation des zones d'érosion...) ainsi qu'à l'urbanisme (plans d'occupation des sols, réseaux de transports...). C'est en cela que réside, encore aujourd'hui, la force de Géoportail.

Géoportail est une équipe jeune qui, malgré le fait qu'elle ne tienne pas toutes ses promesses, devrait monter en puissance avec le temps. Ainsi, si ses premiers pas sur le terrain sont assez approximatifs et peuvent décevoir ses supporters, le service de l'IGN pourrait nous réserver à l'avenir de belles surprises. Le Géoportail 3D en est le meilleur exemple. Reste à confronter ces David et Goliath des temps modernes pour en avoir le cœur net !