Le calfatage consiste à recouvrir la coque d’un bateau d’une couche imperméable. © UrbanExplorer, Adobe Stock
Tech

Calfatage : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :bateau , calfatage , étanchéité

Le calfatage est la technique visant à rendre étanche la coque d’un bateau et à la protéger des attaques des organismes marins. Il se déroule en deux phases : l'obturation des interstices entre les planches et l'application d'une couche imperméabilisante. Le calfatage, pratiqué depuis plus de 7.000 ans sur les embarcations en bois, en feuilles de palmier ou en écorces d'arbres, n'est aujourd'hui guère plus employé, les coques étant construites d'un seul tenant. Les ouvriers chargés du calfatage étaient appelés calfats.

Les matériaux de calfatage

Première étape : le colmatage des interstices

  • étoupe : sous-produit fibreux issu du chanvre ou du lin ;
  • mousse qui pousse sur le buis (période du Néolithique ;
  • papyrus (en Égypte) ;
  • morceaux de tissu enduits de poix ;
  • algues ou roseaux écrasés ;
  • cordages enduits de goudron ;
  • coton à calfater.

Deuxième étape : ces remplissages sont ensuite recouverts d'une couche imperméabilisante. Différents matériaux peuvent être utilisés.

  • feuilles de cuivre ou de plomb ;
  • résine de bois ;
  • graisse animale de requin, de phoque...
  • poix ou brai : substances organiques issues de la combustion lente d'un bois résineux ;
  • goudron de bois ou de houille ;
  • bitume, utilisé notamment par les Phéniciens au Moyen-Orient où le bitume affleure en surface :
  • mastic de vitrier, composé de craie et d'huile de lin, employé à partir des années 1950.

Les enduits de calfatage étaient souvent constitués de mélanges, comme la zopissa, une association de cire d'abeille et de poix utilisée dans la Grèce antique. Il existe aujourd'hui des mastics spéciaux de calfatage en polyuréthane comme le Sika®, qui servent aussi bien aux bateaux qu'aux ponts en bois.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Energy Observer, le premier bateau électrique à hydrogène  Durant cinq ans, à partir de 2017, ce catamaran à deux moteurs électriques de 30 mètres va sillonner les océans du Globe pour une mission scientifique, propulsé uniquement par des énergies renouvelables et une voile « kite ». L’électricité sera produite par des hydrogénérateurs, deux éoliennes à axe vertical, des panneaux photovoltaïques et une pile à combustible. C’est une première mondiale pour un bateau : cette pile utilisera de l’hydrogène produit à bord par électrolyse de l’eau. Energy Observer est donc d’abord un démonstrateur technologique. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !