Le fabricant Evoke a peut-être enfin réussi à trouver la bonne formule pour permettre de recharger rapidement une moto électrique. © Evoke

Tech

Drôle de Tech : du caca sur la lune à analyser, une moto à recharge rapide et un drone-taxi dans le ciel de Vienne

ActualitéClassé sous :Drôle de Tech , drone , lune

Dans une semaine marquée par les blagues du 1er avril, Drôle de Tech a soigneusement évité les pièges pour dénicher des excréments sur la lune, une moto qui se recharge à vitesse grand V ou encore des Tesla bien trop indiscrètes.

Notre rendez-vous hebdomadaire vous propose un regard décalé sur l'actualité des nouvelles technologies. Le parti est de vous divertir, de vous surprendre et de vous faire rêver... ou soupirer.

Mission to caca ?

Non, ceci n'est pas un poisson d'avril en retard. Le scientifique de la Nasa Mark Lupisella est en train d'étudier la possibilité d'une mission visant à récupérer 96 sacs laissés sur la Lune par les différentes expéditions spatiales ces cinquante dernières années, des sacs contenant urine, matière fécale et vomi. Pourquoi ? Pour voir ce que sont devenus les corps vivants qui s'y trouvent : la matière fécale humaine est constituée de 3 à 6 % de bactérie viables. Vu les conditions extrêmes sur place, les chances de survie sont minces mais dans le cas contraire, les chercheurs aimeraient savoir, par exemple, si les bactéries sont capables de voyager dans l'espace. Ce qui poserait une question fondamentale : sommes-nous les descendants d'excréments extraterrestres ? La réponse de Mark Lupisella au site américain Vox : « Je ne suis pas au courant d'une théorie impliquant une couche d'astronaute, mais oui, cette idée est parfaitement plausible scientifiquement. »

Une mission de plus pour les prochains à partir sur la Lune : ramasser les excréments. © Comex

Même à la casse, Tesla garde vos données personnelles

Les voitures connectées sont comme toutes les technologies du genre : elles récoltent les données de leurs propriétaires pour -- en théorie -- améliorer l'expérience utilisateur. Il semblerait toutefois que le constructeur américain Tesla aille un peu plus loin que ses concurrents, et soit un peu laxiste en la matière. Les dénommés GreeTheOnly et Theo, chercheurs en sécurité, ont ainsi révélé avoir constaté, en analysant les débris de modèles accidentés que les données personnelles de leurs précédents propriétaires étaient intactes et facilement accessibles car non cryptées. Alors que dans le même temps, la société propose à ses clients un kit à 995 dollars pour y accéder, afin de prouver les causes d'un accident à un assureur, par exemple. Les informations en question ? Géolocalisation, calendriers, répertoires, et même des vidéos enregistrées par les caméras présentes sur les véhicules, preuve à l'appui sur le site CNBC. Une option existe pour effacer la data présente sur ce véritable disque dur à quatre roues, pensez-y si vous voulez vous débarrasser de votre Tesla.

Que deviennent nos données stockées dans les voitures connectées ? © Tesla

Une moto électrique qui charge 80 % de sa batterie en 15 minutes 

Outre leur faible autonomie, la principale critique visant les véhicules électriques concerne la durée du chargement de leurs batteries. Un problème auquel la société chinoise Evoke Motorcycles répond avec la Evoke 6061, un modèle qui promet une charge de 80 % en 15 minutes seulement.

Pas d'informations officielles sur la vitesse de pointe ni l'autonomie de ce moteur de 120 kW, pour un couple de 272 Nm, mais selon les estimations du site Electreck, on serait respectivement au-dessus des 130 km/h et des 230 km. La firme espère pouvoir effectuer ses premiers tests sur route en juin, avant une commercialisation à la fin de l'année.

Il faudra compter plus de 10.000 dollars pour s'offrir un modèle Evoke. © Evoke

Le premier vol en public d'un taxi-drone

Cinq ans après le début d'un projet encore fou aujourd'hui, la société chinoise eChange a fait voler cette semaine à Vienne, pour la première fois en public, son taxi-drone. Un appareil de 210 kilos destiné, comme son nom l'indique, à emmener d'un point A à un point B deux passagers, de manière complètement autonome, à une trentaine de mètres du sol. S'il avait déjà été présenté sur son site de production, l'EHang 216 a donc effectué son premier vol en Europe, une étape de plus vers sa commercialisation. La prochaine étant évidemment la certification, même si d'après Derrick Xiong, responsable marketing de la société, « le principal défi n'est pas la technologie ni la réglementation, c'est le public. »

Un taxi-drone chinois en démonstration et testé pour la première fois à Vienne, AFP News

Abonnez-vous à la lettre d'information Drôle de Tech : une sélection insolite de l'actualité Tech de la semaine.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi