Sciences

Jean Courtin au Camp de Laure - Une forteresse de l'âge du Bronze

Dossier - Nos ancêtres du Midi : voyage dans le temps
DossierClassé sous :préhistoire , Cosquer , archéologie

-

Véritable « mémoire » de la préhistoire provençale, Jean Courtin compte près d'un demi-siècle de recherches sur l'ensemble des périodes allant du Paléolithique supérieur à l'âge du Bronze. Partons à la découverte de nos ancêtres du Midi.

  
DossiersNos ancêtres du Midi : voyage dans le temps
 
Jean Courtin, dans la région de l'Etang de Berre, près de Marseille, vous avez aussi fouillé un « camp fortifié » particulièrement ancien puisqu'il date de l'âge du Bronze...
"Bastion" du Camp de Laure © Jean Courtin

C'est le camp de Laure, le plus ancien oppidum de Provence. Nous l'avons fouillé entre 1971 et 1975. C'est un site de l'âge du Bronze qui comporte un gros mur de plus de 2 m de large.

Comment a-t-on pu déterminer l'âge de cette muraille ?

Il n'y a qu'un seul niveau d'occupation au Bronze ancien. Nous avons pu la dater grâce à des charbons de 3600 BP (soit 1650 avant).

Qu'est ce qui fait l'originalité de ce site ?

Le mur il est intéressant parce qu'à distance régulière nous avons trouvé de gros amas de pierre qui forment des sortes de tours circulaires. C'est intéressant surtout parce que sur le Bronze ancien on ne connaissait surtout que des sépultures. Nous n'avions pas de site fortifié. Le gros mur comporte donc ces sortes de bastions hémisphériques de chaque côté. Ces gens de l'âge du Bronze avaient aussi édifié un deuxième mur, beaucoup moins épais, en avant du mur principal. Cela formait une espèce de chemin de ronde, qu'on a trouvé à peu près tout le long et qui donnait accès à ces bastions hémisphériques.
Et ce qui est surprenant, c'est la largeur de cette entrée, parce que de tous les sites qu'on connaît de cette époque, les entrées, font 1 m de large, c'est-à-dire la passage d'y homme ou d'un bœuf. Et là on a le passage d'un chariot tiré par des bœufs. Ca fait 2 m 40 - 2 m 60. C'est tout à fait inédit.

C'était donc un ouvrage défensif ?

Oui, le site est bâti à l'extrémité d'un promontoire naturel. Je pense que le chemin de ronde avec son mur moins haut que le mur principal permettait à des archers de se poster. Il en existe en Espagne.

Quelle a été la durée d'occupation de ce site ?

Cela n'a pas sans doute pas duré très longtemps. Je me demande pourquoi. Peut-être est-ce parce que si le site est bien escarpé de trois côté, l'accès par le plateau reste très large. Alors peut être qu'à l'âge du Fer, il était devenu trop facile d'accès pour des cavaliers, tandis qu'au Bronze ancien, ils n'avaient quasiment pas de cavalerie.

Quels sont les résultats de la fouille ?

Nous avons trouvé des armes, des pointes de flèche en silex, mais pas beaucoup de chose en bronze. Nous avons aussi trouvé de la faune. Un peu de cerf, du lapin qui peut être occasionnel. On peut dire que nous n'avons pas de gibier. En majorité c'est du boeuf, du porc, du mouton, un peu de chèvre et un peu de chien.

A-t-on une idée du nombre de familles ayant vécu là ?

C'est difficile à dire parce que n'avons fouillé qu'une partie. Nous avons retrouvé les fonds de cabanes le long du rempart, des emplacements de feu, etc. Ca ne veut pas dire qu'il n'y avait d'occupation sur le plateau. Mais nous avons l'exemple de sites fortifiés de la fin du Néolithique ou du Bronze ancien, ailleurs, en Espagne. Les habitations sont toujours groupées à l'intérieur du rempart et le reste de l'espace est libre. A mon avis, ils rentraient le bétail. Ils devaient mettre les troupeaux à l'abri. Parce que le seul bien à protéger, c'étaient les troupeaux. Ils étaient à l'abri des loups, parce qu'il faut imaginer qu'il y avait des loups. Il n'y a pas beaucoup de loup dans la faune. Pourtant il était abondant, sûrement.