C'est dans la première moitié du XXe siècle que l'on a commencé à décrire en matière physique (densité, température, etc., en fonction de la profondeur) l'intérieur des étoiles. Ces descriptions ne pouvaient être confrontées à des observations sauf en ce qui concerne ce qui est observé en surface (température de surface, luminositéluminosité).

Satellite Corot. © Cnes, D. Ducros
Satellite Corot. © Cnes, D. Ducros

L'intérieur des corps célestes était inaccessible, du moins, c'était le cas jusque dans les années 1975-1980. À cette époque, les physiciensphysiciens ont compris que les petites oscillations de la surface (des déplacements à des vitessesvitesses de quelques centaines de mètres par seconde, avec une périodicité d'environ 5 min) étaient en fait la manifestation en surface d'ondes qui se sont propagées dans l'intérieur de l'étoile.

Encore plus intéressant : la périodicité de ces ondes renseigne sur les conditions physiques qu'elles ont rencontrées à l'intérieur de l'étoile. L'analogieanalogie est souvent faite avec celle d'un instrument de musique : la corde d'un violon donnera une note un peu différente (ou, dit en termes physiques : elle oscillera avec une période un peu différente) selon que le violon sorte d'un four ou d'un congélateur.

Le satellite Corot, au cours de son assemblage final et des nombreuses vérifications d'avant lancement. © Cnes
Le satellite Corot, au cours de son assemblage final et des nombreuses vérifications d'avant lancement. © Cnes

La sismologie des étoiles

C'est aussi le principe de la sismologie qui nous permet de remonter à des informations sur l'intérieur de la Terre. Ainsi, la sismologiesismologie solaire ou stellaire nous permet d'estimer les températures au cœur des étoiles : 15 millions de degrés au centre du Soleil. Un satellite lancé sous l'égide du Cnes a pu se consacrer entre autres à la sismologie des étoiles : il s'agit de la mission Corot, lancée fin 2006, et qui depuis moissonne les informations sur l'intérieur des étoiles.

La fusée qui mettra Corot en orbite, quelques heures avant son lancement depuis la base de Baïkonour en Ukraine. © Cnes
La fusée qui mettra Corot en orbite, quelques heures avant son lancement depuis la base de Baïkonour en Ukraine. © Cnes