Cette personne voit la moitié de son visage fondre

Classé sous :maladie , maladie rare , distorsion

Certaines pathologies affectent notre perception du monde. Dans le cas de l'hémiprosopométamorphopsie, qui survient après des lésions cérébrales, les personnes touchées ne visualisent pas tout le visage correctement. La moitié de ce visage semble fondue. Les traits faciaux « tombent ». Des chercheurs se sont penchés sur ce phénomène à travers le regard d'A.D., un patient d'environ 60 ans, qui souffre de cette maladie rare depuis cinq ans. 

À la suite de dommages dans une zone particulière du cerveau, le splénium -- qui relie l'aire visuelle de l'hémisphère gauche à celle de l'hémisphère droit --, ce patient a remarqué que le côté droit des visages lui paraît déformé. Le sien également. Mais il perçoit le reste du monde comme avant, sans aucune distorsion. « Chaque fois que nous voyons un visage, le cerveau ajuste notre représentation afin que sa taille, son point de vue, et son orientation correspondent aux visages stockés en mémoire, explique Brad Duchaine, coauteur de l'étude parue dans Current Biology. Ainsi, il est beaucoup plus facile pour nous de déterminer si ce visage est celui que nous avons déjà vu ».

Aux yeux d'A.D., les mêmes caractéristiques sont déformées. Que le visage soit présenté dans un sens ou dans l'autre, y compris à l'envers, ou dans l'un ou l'autre des champs visuels. Les chercheurs en déduisent que la distorsion est codée « dans un cadre de référence centré sur la face », à la fois dans l'hémisphère gauche et droit, et que ces « représentations des hémisphères droit et gauche sont dissociables ». Généralement, cette maladie rare se dissipe avec le temps.

Les chercheurs répertorient trois types de distorsion visuelle : rétino-centré (A), où la distorsion dépend de la fixation, centré sur le stimulus (B) généralement du côté droit, et centré sur le visage (C), où la distorsion affecte les mêmes traits faciaux peu importe l'orientation de la tête. C'est de cette dernière forme dont semble souffrir le patient étudié. © Almeida et al. 2020, Current Biology