Sciences

L'océan sous toutes ses formes

Dossier - Découvrir l'altimétrie
DossierClassé sous :Astronautique , altimétrie , spatiale

-

L'altimétrie spatiale est une technique permettant de mesurer des hauteurs par satellite. Elle utilise le temps mis par un faisceau radar pour faire l'aller-retour satellite-surface.

  
DossiersDécouvrir l'altimétrie
 
Les océans ont toujours eu quelque chose de mystérieux, d'insondable. Aujourd'hui, les satellites nous permettent de mieux les connaître, en particulier ceux équipés de radar altimètres. Cette technique mesure très précisément la hauteur des océans, ce qui donne accès à de nombreuses informations sur la dynamique des océans. Variations de la circulation océanique, hauteur des vagues, vitesse du vent, marées... sont autant d'indices précieux pour mieux comprendre les océans et, ainsi, pouvoir les prévoir.

Les premiers satellites altimétriques, lancés dans les années 70-80 ont prouvé l'intérêt du concept. Leurs successeurs, dans les années 90 ont démontré toute la puissance de cette technique, grâce notamment à des données d'une grande précision. Le défi est maintenant de concevoir des missions qui, seules ou couplées, permettront une surveillance plus étroite de l'océan.

  • Une mesure, des phénomènes
L'océan balayé par le faisceau radar du satellite révèle des reliefs à la surface allant jusqu'à plus ou moins 80 m dans certaines zones. Ces reliefs, stables, sont dus à l'effet du champ de gravité terrestre sur l'océan, ou géoïde. À des échelles plus petites, mais toujours compris dans ce géoïde, on trouve le reflet des montagnes et des fosses sous-marines, qui provoquent des bosses et des creux de l 'ordre de 1 m à la surface pour 1 km de profondeur ou de hauteur au fond.
© CLS/Shom

Superposés à l'effet de ce géoïde sur le niveau marin, les grands courants (Gulf Stream, Kuroshio, Courant Circumpolaire Antarctique...) forment des reliefs de l'ordre de plus ou moins 1 m à la surface.

Géoïde et grands courants constituent la " surface moyenne océanique ", n'évoluant pas (ou très peu). Mais l'océan est loin d'être constant, et ses variations, de l'ordre de la dizaine de centimètres, sont déterminées à partir des mesures altimétriques par rapport à cette surface moyenne.

© Aviso

Dues aussi bien aux tourbillons, ou aux saisons qu'à des phénomènes se déroulant sur plusieurs années (El Niño), ces variations constituent le sujet d'étude majeur de l'océanographie physique d'aujourd'hui.

  • Les différentes facettes

L'océan, toujours en mouvement, varie selon des rythmes multiples, rendant ainsi nécessaire à sa compréhension une observation en continu. De plus, les zones affectées sont de dimensions variables.

Echelles spatiales

L'altimétrie est le reflet de nombre de ces phénomènes océaniques, en mesurant régulièrement et sur tout le globe la hauteur des mers à quelques centimètres près.

Durée caractéristique des phénomènes

© Aviso