La physiquephysique quantique recouvre l'ensemble des domaines de la physique où l'utilisation des lois de la mécanique quantique est une nécessité pour comprendre les phénomènes en jeux. La mécanique quantique est la théorie fondamentale des particules de matièrematière constituant les objets de l'universunivers et des champs de force animant ces objets.

Un cadre de lois physiques de l'infiniment petit à l'infiniment grand

Combinée avec la relativité restreinte, la mécanique quantique a en effet permis de construire le modèle standardmodèle standard des particules élémentairesparticules élémentaires à partir de ce qu'on appelle la théorie quantique des champs. On tente d'unifier les lois de la mécanique quantique avec la relativité générale. La théorie de la gravitationgravitation quantique est encore en chantier, mais les deux tentatives les plus prometteuses sont la théorie des supercordesthéorie des supercordes et la théorie de la gravitation quantique à bouclesgravitation quantique à boucles. Elles permettent de faire de la cosmologie quantique qui, là aussi, est encore en cours de développement. Contrairement au modèle standard solidement confirmé par des expériences comme celles de la découverte des bosons W et du boson de Brout-Englert-Higgs, il n'existe pour le moment aucune preuve à l'appui des théories de gravitation quantique.

On voit ici deux des plus célèbres équations gouvernant le monde quantique. C'est l'équation de Schrödinger (en haut), célèbre en mécanique quantique, avec en dessous l'une des inégalités de Heisenberg. L'image de fond est celle de particules spiralant dans une chambre à bulles plongée dans un champ magnétique. En bas à droite, un diagramme de Feynman illustre la désintégration bêta d'un neutron (n) en proton (p). © www.wallchan.com
On voit ici deux des plus célèbres équations gouvernant le monde quantique. C'est l'équation de Schrödinger (en haut), célèbre en mécanique quantique, avec en dessous l'une des inégalités de Heisenberg. L'image de fond est celle de particules spiralant dans une chambre à bulles plongée dans un champ magnétique. En bas à droite, un diagramme de Feynman illustre la désintégration bêta d'un neutron (n) en proton (p). © www.wallchan.com

La théorie derrière la physique quantique est hautement mathématique et très subtile du point de vue des concepts. Il existe d'ailleurs un large spectrespectre d'interprétations physiques de la mécanique quantique au-delà de l'interprétation orthodoxe dite de Copenhague. La mécanique quantique donne une description étonnante et peu intuitive des particules, électronsélectrons ou photonsphotons par exemple, qui d'une certaine façon sont aussi des ondes, et qui peuvent se retrouver simultanément en deux endroits, ou traverser des obstacles que l'on penserait infranchissables (effet tunnel).

Au cœur de la physique quantique se trouvent les mystérieuses amplitudes de probabilité pour tous les processus physiques. Les valeurs des grandeurs physiques y sont alors gouvernées par des lois de probabilité lors d'une mesure. Les amplitudes de probabilité présentent des phénomènes d'interférence, de diffractiondiffraction et d'autres s'apparentant aux ondes stationnaires sur des cordes vibrantes ou dans des cavités résonnantes. Elles conduisent à la quantificationquantification de l'énergieénergie dans beaucoup de systèmes physiques, à commencer par les atomesatomes et le champ électromagnétiquechamp électromagnétique. Elles limitent l'interprétation des phénomènes en matière d'ondes ou de particules classiques. Les inégalités de Heisenberg, par exemple, ne permettent pas d'attribuer simultanément une vitessevitesse et une position à un électron.

Dans un atome, comme celui d'hydrogène ici, un électron ne se comporte ni comme une bille ni comme une onde à la surface de l'eau. Il peut se retrouver sur différentes orbitales atomiques qui sont décrites comme des densités de probabilité de trouver l'électron en un point lors d'une expérience. Ces densités de probabilité dérivent des amplitudes quantiques gouvernées par l'équation de Schrödinger. Quelques-unes de ces densités de probabilité, qui dépendent de nombres entiers, sont représentées sur ce schéma. Elles sont de plus en plus importantes en passant du violet au jaune. © PoorLeno, Wikimedia Commons, DP
Dans un atome, comme celui d'hydrogène ici, un électron ne se comporte ni comme une bille ni comme une onde à la surface de l'eau. Il peut se retrouver sur différentes orbitales atomiques qui sont décrites comme des densités de probabilité de trouver l'électron en un point lors d'une expérience. Ces densités de probabilité dérivent des amplitudes quantiques gouvernées par l'équation de Schrödinger. Quelques-unes de ces densités de probabilité, qui dépendent de nombres entiers, sont représentées sur ce schéma. Elles sont de plus en plus importantes en passant du violet au jaune. © PoorLeno, Wikimedia Commons, DP

De l'atome aux étoiles, toujours de la physique quantique

Entre le monde de l'infiniment petit (les particules élémentaires), et celui de l'infiniment grand (le Big BangBig Bang et la cosmologiecosmologie quantique), la physique quantique se déploie dans tous les domaines de la physique atomique, moléculaire et bien sûr nucléaire. Il y a par exemple la chimie quantique, l'optique quantique et la physique de la matière condensée.

Ainsi, les lois de la mécanique quantique expliquent pourquoi les atomes et les moléculesmolécules sont stables, peuvent émettre et absorber de la lumièrelumière, mais aussi se combiner dans les réactions chimiquesréactions chimiques. Elles rendent compte de phénomènes aussi surprenants que la supraconductivitésupraconductivité et la superfluidité de l'héliumhélium, mais aussi de phénomènes moins exotiquesexotiques comme le ferromagnétisme des aimantsaimants et la conduction électrique des métauxmétaux ou l'existence d'isolantsisolants. Il s'introduit d'ailleurs à l'occasion en physique du solidesolide tout un zoo de nouvelles excitations quantiques, que l'on appelle des quasiparticules. Les plus connues sont les phonons, les magnons et les excitons.

Un aimant flotte au-dessus d'un cuprate en phase supraconductrice baignant dans de l'azote liquide. La physique quantique est indispensable pour comprendre ce phénomène via la formation de paires de Cooper, qui s'écoulent comme un liquide superfluide dans un supraconducteur. © Mai-Linh Doan, Wikimedia Commons, GNU 1.2
Un aimant flotte au-dessus d'un cuprate en phase supraconductrice baignant dans de l'azote liquide. La physique quantique est indispensable pour comprendre ce phénomène via la formation de paires de Cooper, qui s'écoulent comme un liquide superfluide dans un supraconducteur. © Mai-Linh Doan, Wikimedia Commons, GNU 1.2

La mécanique quantique explique en outre pourquoi et comment le Soleil brille, avec des réactions de synthèse de l'hélium et du deutérium, et l'origine des noyaux de carbone de notre corps. Elle permet de comprendre l'existence des naines blanchesnaines blanches, des étoiles à neutronsétoiles à neutrons ainsi que de connaître la composition des étoilesétoiles dans les galaxiesgalaxies et la structure de la Voie lactéeVoie lactée via l'étude des raies spectralesraies spectrales comme celle à 21 cm de l'hydrogène.

Physique quantique et technologie

La physique quantique est enfin au cœur de la technologie moderne, car le fonctionnement des lasers, des masersmasers, des CCD et des composants électroniques de nos lecteurs et de nos ordinateursordinateurs repose sur ses lois. On peut citer aussi le domaine de l'IRM et des techniques basées sur la RMNRMN, ainsi que la microscopie électronique. Dans quelques décennies, les réacteurs à fusion contrôléefusion contrôlée, qui succéderont peut-être à Iter, emploieront comme lui des aimants supraconducteurs. Il est possible aussi qu'une révolution technologique de grande ampleur se prépare avec de jeunes disciplines de l'information quantique et les mythiques ordinateurs quantiques. On spécule même sur le rôle que pourrait jouer la mécanique quantique en biologie et en neurosciences.

La physique quantique n'est pas un domaine achevé : elle contient des paradoxes qui ne sont pas encore complètement bien compris, comme ceux du chat de Schrödinger et de l'effet EPR, bien que l'on ait accompli de grands progrès dans leur compréhension depuis le début des années 1980.