Cela vous intéressera aussi

Le bronze est un alliagealliage métallique non ferreux.

Autrefois, le nom de bronze était donné à tous les alliages du cuivre. Ainsi, certains « bronzes » datant du XVIIe siècle ne sont en fait que des laitonslaitons. Aujourd'hui, l'emploi du terme bronze se restreint aux alliages de cuivrecuivre et d'étainétain. Mais, comme dans le cas du laiton, il serait plus exact de parler de bronzes au pluriel. En effet, les proportions de cuivre et d'étain contenus dans l'alliage peuvent varier. D'autres éléments (aluminiumaluminium, plombplomb, bérylliumbéryllium, manganèsemanganèse ou tungstènetungstène essentiellement) peuvent être ajoutés au mélange.

Les principales caractéristiques du bronze sont :

  • une bonne résistancerésistance à l'usure ;
  • une résistance acceptable à la corrosion mais qui ne permet pas son usage dans l'industrie navale ;
  • une bonne conductivitéconductivité électrique.
Le bronze utilisé pour la fabrication des cloches contient entre 20 et 25 % d’étain. © doryx, Fotolia

Le bronze utilisé pour la fabrication des cloches contient entre 20 et 25 % d’étain. © doryx, Fotolia

Bronzes, des alliages variés

C'est au cours du bien nommé âge du bronze que l'alliage a été pour la première fois employé à la fabrication d'outils, d'armures, etc. pour leur résistance et leur ductilitéductilité.

Aujourd'hui, on sait comment associer les constituants du bronze pour en maximiser les propriétés utiles :

  • Le bronze binairebinaire ne contient que du cuivre et de l'étain (entre 3 et 20 %). Plus la teneur en étain augmente, plus la duretédureté du bronze s'accroît.
  • Les bronzes avec éléments d'addition contiennent, comme leur nom l'indique, d'autres éléments que le cuivre et l'étain : du phosphorephosphore pour en améliorer les propriétés mécaniques, du zinczinc pour les rendre plus malléables, du plomb pour une meilleure usinabilité ou du béryllium pour son incroyable dureté.