Sciences

Beagle 2 toujours silencieux : les prochaines tentatives

ActualitéClassé sous :Univers , mars , beagle

Le petit atterrisseur Beagle 2 s'est posé sur Mars dans la nuit du 24 au 25 décembre. Voilà maintenant quatre jours que l'équipe de la mission britannique traque en vain un signal en provenance du sol martien. La sonde Mars Odyssey de la NASA, les radiotélescopes de Jodrell Bank au Royaume-Unis et de Stanford aux Etats-Unis n'ont encore rien détecté malgré leurs nombreuses tentatives.

Beagle 2 toujours silencieux : les prochaines tentatives

Faut-il pour autant penser que Beagle 2 est perdu ? Non, répondent les scientifiques responsables de la mission. Ces premières tentatives d'entrée en contact sont décevantes, frustrantes, mais n'apportent pas de conclusion définitive sur la réussite ou l'échec de la mission. Plusieurs arguments sont avancés par les scientifiques.

Pourquoi Beagle 2 reste-t-il silencieux ?

Lors de ses survols du site d'atterrissage de Beagle 2, Mars Odyssey doit exactement passer à la verticale de l'engin au sol pour que ses signaux soient interceptés. Or, l'équipe de la mission ne connaît pas précisément le lieu où Beagle 2 a atterri. D'autres part, l'antenne de Beagle 2 doit être en bon état et orientée à la verticale. Si l'atterrisseur s'est posé sur un terrain penché ou a déployé ses panneaux solaires sur un rocher, la communication avec Mars Odyssey aurait peu de chance de réussir. De plus, la sonde américaine a perdu l'un de ses instruments lors de la tempête solaire en octobre dernier et il serait possible que son système de communication en ait aussi souffert.
Les radiotélescopes géants de Jodrell Bank près de Manchester et de l'université de Stanford aux Etats-Unis seraient capables de discerner les signaux émis par un téléphone portable depuis la surface martienne. Or, la puissance de l'émetteur de Beagle 2 est de 5 watts soit un peu plus que celui d'un téléphone cellulaire. Cependant, ces radiotélescopes n'ont jamais effectué une telle communication entre la Terre et Mars. En 1999, la grande parabole de Jodrell Bank avait été utilisée pour rechercher un signal de la sonde Mars Polar Lander perdue à la surface de Mars, sans succès. Les capacités de ces radiotélescopes pourraient être exagérées. De plus, si Beagle 2 s'est posé à un endroit où les communications avec la Terre peuvent être délicates, il est possible que les radiotélescopes ne puissent pas détecter son signal.

Le 4 Janvier, la sonde Mars Express sera descendue sur une orbite assez basse qui lui permettra de rentrer en contact avec Beagle 2. Selon les responsables de la mission, c'est elle qui a le plus de chance de rentrer en contact avec le lander« Si aucun signal n'est reçu le 4 Janvier, la situation commencera à devenir préoccupante » déclare l'équipe de Beagle 2.

La stratégie de la « Beagle 2 Team »

Un groupe a été constitué au sein de l'équipe de Beagle 2 pour se concentrer sur les raisons de l'apparent échec de Beagle 2. La mission de l'équipe, baptisée "Analysis and Recovery Think Tank", est de comprendre le silence de l'atterrisseur, d'émettre des hypothèses et d'avancer des solutions possibles pour tenter de rentrer en contact avec le lander. L'équipe, en accord avec le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, peut essayer d'envoyer notamment des messages à Beagle 2 par l'intermédiaire de la sonde Mars Odyssey. C'est ce qui a été tenté samedi matin. Lorsque la sonde américaine a survolé le site d'atterrissage de Beagle 2, elle a envoyé « dans le vide » une série de commandes destinées à remettre à l'heure l'horloge interne de Beagle 2 qui aurait pu être déréglée, désynchronisant les séquences de communications prévues.

En effet, le 19 décembre avant la séparation de Mars Express, les contrôleurs de l'ESA ont téléchargé sur Beagle 2 un programme contenant tous les horaires des communications possibles avec Mars Odyssey. Ainsi, lorsque Mars Odyssey survole Isidis Planitia, Beagle 2 se met en mode de réception et attend un signal de la sonde américaine pendant 80 minutes. Si celle-ci répond, l'atterrisseur localise Mars Odyssey et commence à échanger des informations et notamment une mélodie de 9 notes composée par le groupe britannique Blur. La sonde relaie alors immédiatement ces informations à la Terre où elles sont analysées au Jet Propulsion Laboratory.
En supposant que l'horloge interne de Beagle 2 soit déréglée, tout ce programme chronométré ne peut fonctionner.

Si l'atterrisseur britannique ne reçoit encore aucun signal extérieur à la date du 30 décembre dans la soirée, il se mettra en mode de recherche. Cela devrait augmenter les chances de le trouver selon l'équipe de la mission. Beagle 2 sera en effet capable de rentrer en communication avec un orbiteur ou un radiotélescope qui recevra son signal.

Le 5 Janvier, si Beagle 2 ne reçoit aucune réponse, il se mettra en mode de secours et émettra en permanence, sauf durant la nuit pour sauvegarder ses batteries, un signal de détresse tel un explorateur perdu dans le désert martien...

Cela vous intéressera aussi