Cela vous intéressera aussi

Le projet Beagle 2 fut proposé par Collin Pillinger de l'université Open en Grande-Bretagne, en réponse à l'appel d'offres lancé par l'ESAESA en 1997 pour la sélection de la charge utile scientifique de la mission Mars ExpressMars Express. Le nom de Beagle 2 a été choisi en hommage à Charles DarwinCharles Darwin qui vogua sur le HMS Beagle lors de son périple autour du monde qui lui permis d'élaborer sa thèse sur l'évolution des espècesévolution des espèces. Beagle 2 est un petit atterrisseur de 60 kgkg dont le module instrumenté de 30 kg devait analyser le matériaumatériau martien en vue de rechercher des preuves que la vie a existé jadis ou même existe encore aujourd'hui.

Lancé le 2 juin 2003 avec l'atterrisseur Beagle 2 à son bord, le satellite Mars Express est arrivé à proximité de Mars en décembre 2003. La séparationséparation entre Beagle 2 et Mars Express s'est déroulée parfaitement le 19 décembre 2003, après quoi le satellite a poursuivi sa mission avec succès, avec son insertion sur une orbiteorbite martienne le 25 décembre. Le même jour, Beagle 2 devait atterrir sur Mars.

Les premiers contacts radioradio avec Beagle 2 étaient attendus peu après l'heure à laquelle l'atterrissage était prévu, mais aucun signal n'a été reçu. Au cours des jours et des semaines qui ont suivi, de nombreuses tentatives de contact radio ont été faites, mais en vain. Début février 2004, il est devenu évident que toute possibilité d'entrer en communication avec Beagle 2 avait disparu et il a été décidé que l'ESA et le Royaume-Uni conduiraient une enquête conjointe afin de chercher à comprendre les circonstances et les raisons pouvant expliquer l'échec de la mission Beagle 2.

Constituée de responsables de haut niveau et de spécialistes européens ainsi que de membres de la NASANASA et d'experts russes, la Commission d'enquête s'est réunie à plusieurs reprises au Royaume-Uni ainsi que dans les locaux de l'ESA. Après s'être entretenue avec les acteurs clés de la mission, en l'occurrence des Directeurs, des responsables, des scientifiques et des ingénieurs ayant participé au développement de Beagle 2, elle a livré ses conclusions, ses évaluations et ses recommandations.

Le rapport a été soumis au ministre de la Science et de l'Innovation du Royaume-Uni ainsi qu'au Directeur général de l'ESA, lesquels l'ont accepté. Aucune insuffisance ni aucun dysfonctionnement technique unique n'ont été identifiés comme étant de manière certaine à l'origine de la perte de Beagle 2, mais plusieurs causes crédibles ont été mises en avant. Point plus important encore, la Commission a clairement précisé que des raisons d'ordre programmatique et organisationnel ont entraîné un risque élevé d'échec pour Beagle 2.

La revue conduite par la Commission d'enquête a débouché sur la rédaction de 19 recommandations qui s'adressent aux autorités britanniques et à l'ESA. Ces recommandations constituent la base des enseignements pour l'avenir. Les deux parties les ont acceptées en totalité. L'ESA va prendre un certain nombre de mesures en vue de les appliquer.