Sciences

Une astronaute d'Atlantis victime d'un malaise

ActualitéClassé sous :Univers , Atlantis , mal de l'espace

Heidemarie Stefanyshyn-Piper, la seule astronaute de l'équipage d'Atlantis lors de la récente mission STS-115 qui consistait essentiellement à reprendre l'assemblage de la Station Spatiale Internationale, a été victime d'un étourdissement à deux reprises lors d'une cérémonie à Ellington Field, près du centre de contrôle de la Nasa de Houston (Texas).

L'astronaute Heidemarie M. Stefanyshyn-Piper, spécialiste de mission, et Jeffrey N. Williams aux commandes du bras manipulateur Canadarm 2 depuis le module Destiny de l'ISS.

Après s'être relevée une première fois avec l'aide de deux de ses collègues, les services médicaux ont préféré l'emmener au second malaise par une porte latérale de la salle où elle avait pris la parole afin de l'examiner. Un communiqué ultérieur précise cependant que son état n'est pas inquiétant et que l'astronaute n'avait pas dû être hospitalisée.

Durant 12 jours passés dans l'espace, Stefanyshyn-Piper avait participé à la première et à la troisième sorties afin de procéder à l'installation du nouvel ensemble de panneaux solaires de l'ISS.

Environ un astronaute sur trois est sujet à une ou plusieurs pertes de connaissance lorsqu'il revient sur terre. L'absence de gravitation provoque une migration des fluides corporels vers la partie supérieure du corps, qui envahissent la poitrine et la tête, provoquant quelquefois des migraines et la sensation d'"être dans le coton". Les organes réagissent en augmentant de volume, tandis que le corps rejette du calcium et du plasma sanguin. La production de globules rouges diminue et l'anémie peut s'installer.

Au retour sur terre, le sang réafflue dans les jambes, le cerveau et le haut du corps sont moins irrigués et des malaises peuvent se produire, comme lorsqu'une personne se relève après être restée longtemps allongée. Dans certains cas, un voile noir (hypotension orthostatique) et une syncope peuvent se produire. Mais ces effets sont passagers et n'entraînent pas de séquelles à moyen et long terme et sont considérés comme normaux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi