Sciences

L'arrivée des sondes martiennes est proche !

ActualitéClassé sous :Univers , mars , missions

-

Nous vous l'annoncions depuis bien longtemps, nous sommes désormais au cœur de l'action : les sondes martiennes arrivent sur la planète rouge. L'atterrisseur britannique Beagle 2 sera le premier à tenter sa chance dans la nuit du 24 au 25 Décembre dans l'atmosphère de la planète. Au même moment, la sonde européenne Mars Express effectuera sa délicate manœuvre d'insertion orbitale. Quelques jours plus tard, le 4 Janvier, ce sera au tour de la NASA d'atterrir sur Mars avec son premier véhicule robotisé Spirit, suivi le 25 Janvier de son jumeau Opportunity.

L'arrivée des sondes martiennes est proche !

Nozomi, l'échec

La sonde Nozomi, qui devait théoriquement participer à cette ruée vers Mars, sera malheureusement bien loin de là à l'heure de l'arrivée des sondes. La sonde japonaise a été détournée de sa trajectoire vers Mars de peur qu'elle échoue sa mise en orbite et ne contamine la planète. Nozomi, en très mauvais état après un séjour de plus de 4 ans dans l'espace interplanétaire, n'a pu répondre aux tentatives de réparation que les ingénieurs japonais lui ont envoyées sans relâche jusqu'au début du mois. Le système électrique de la sonde, indispensable à sa mise en orbite, n'a malheureusement pu être réparé et Nozomi a été détournée de sa trajectoire le 9 Décembre 2003 . Elle devait atteindre Mars le 14 Décembre 2003.

Les rovers Spirit et Opportunity

Les véhicules d'exploration de Mars de l'agence spatiale américaine, Spirit et Opportunity, se rapprochent de la planète rouge. Le premier rover qui arrivera à destination est Spirit (MER-A) ; il se posera dans le cratère poussiéreux de Gusev qui a très probablement été dans le passé rempli d'eau liquide et dans lequel des sédiments peuvent se cacher. Spirit se posera sur Mars le 4 Janvier à 05H35 (heure de Paris - 08H35 PST) après un atterrissage périlleux, ralenti dans sa chute par un système sophistiqué de parachutes, rétrofusées et airbags. Il en sera de même pour le second géologue électronique, Opportunity, qui se posera dans la région de Terra Meridiani le 25 Janvier prochain à 06h05 (heure de Paris - 9H05 PST).
Les deux véhicules robotisés se portent bien, malgré quelques problèmes rencontrés durant le voyage sur un de leurs spectromètres. Le spectromètre Mossbauer,EUH qui doit analyser le taux de fer dans les roches martiennes, a fait défaut sur les deux robots et plus particulièrement sur Spirit. Sur Opportunity, le problème rencontré est mineur et ne gênera pas son utilisation sur Mars. Par contre, sur Spirit, les ingénieurs se sont aperçus qu'un fil, ou un composant de l'appareil vibrait à l'intérieur de l'instrument, produisant des rayons gamma perturbant le fonctionnement nominal du spectromètre Mossbauer. Cela est probablement dû aux vibrations que le robot a dû endurer lors du décollage. Les ingénieurs de la NASA sont parvenus à régler le système de commande de l'appareil défaillant et assurent que les données que nous renverra le spectromètre une fois sur Mars seront de qualité. Encore faudra-t-il que l'appareil fonctionne aussi bien que maintenant à la surface martienne.

(crédit : NASA/JPL/Cornell)

En effet, le voyage n'est pas terminé et la phase la plus critique de la mission, l'atterrissage, ou plutôt pourrions-nous dire l'amarssissage, sera une phase difficile durant laquelle les rovers seront ballottés par les vents martiens et rebondiront violemment à plusieurs reprises sur le sol et ses rochers...
Les responsables de la NASA ont déclaré au début du mois que la mission de Spirit et Opportunity était délicate et pouvait se conclure par un échec si les vents latéraux étaient trop forts ou si l'engin, emmitouflé dans son cocon d'airbags protecteurs, atterrissait au mauvais endroit. L'agence a pris des risques, mais tous les moyens humains et techniques ont été mis en œuvre pour assurer une sécurité maximale lors de cette phase critique de la mission. Des systèmes sophistiqués ont été mis au point mais cela n'empêche pas la chance de jouer un rôle important dans la réussite de la mission.
Ed Weiler, administrateur de la NASA, a déclaré lors d'une conférence de presse : « Le risque est réel, le potentiel de découverte l'est aussi ». 810 millions de dollars ont été dépensés dans la conception et le lancement des rovers américains. Depuis 1997, aucun atterrissage sur Mars n'a réussi ; la tentative de 1999 avec Mars Polar Lander s'est soldée par un échec. Après le drame de Columbia dont se sera bientôt le premier anniversaire (1er Février 2004), l'agence spatiale américaine n'a plus droit à l'erreur.

Mars Express et Beagle 2

Les deux tourtereaux de l'espace se sont séparés l'un de l'autre vendredi 19 Décembre. Mars Express a insufflé à Beagle 2 un dernier élan pour qu'il suive une trajectoire de collision ; l'atterrisseur file actuellement droit vers Mars. La sonde a, dans les heures qui ont suivi, déclenché ses boosters latéraux pour quitter cette trajectoire de collision avec Mars, sous peine de s'écraser à sa surface. Mars Express se dirige actuellement vers un point situé à 400 kilomètres de la surface martienne, où elle tentera de se mettre en orbite dans la nuit du 24 au 25 Décembre à 04H00 (heure de Paris - 03H00 en Temps Universel) . Quelques minutes avant, Beagle 2, l'atterrisseur britannique, aura atterri à la surface de Mars après une traversée périlleuse de l'atmosphère martienne. Avec l'utilisation de deux parachutes et d'airbags qui le protègeront lors de son plongeon à travers le ciel martien. À 03H54 (heure de Paris - 02H54 TU) Beagle 2 se sera stabilisé sur Mars, il faudra attendre 06H15 (heure de Paris - 05H15 TU) pour que la sonde américaine Mars Odyssey recueille le signal de Beagle 2 en survolant son site d'atterrissage Isidis Planitia. Nous reparlerons des premiers instants de Beagle 2 dans un prochain article.

L'atterrisseur Beagle 2 (crédit : ESA/Beagle Team)

La sonde Mars Express a effectué un voyage paisible vers Mars, mis à part la vague de vent solairequi l'a balayée durant sa croisière, tout comme les rovers américains. D'autre part, la sonde n'utilise que 70% de l'énergie de ses panneaux solaires à cause d'un problème de connexion. Une perte d'énergie importante mais qui peut être minimisée selon certains ingénieurs de l'ESA (voir notre article à ce sujet).

Les sondes martiennes sont donc en phase d'arriver sur Mars après 6 mois de silence. L'aventure martienne ne fait que commencer. Bien que la planète soit proche, les épreuves que devront surmonter ces sondes, ambassadrices des hommes sur ce nouveau monde, sont des plus ardues.

Cela vous intéressera aussi