Stratoflight, en partenariat avec Expleo, développent un système de transport stratosphérique pour le tourisme « spatial » qu'ils présentent à la 73e édition du Congrès international d’astronautique, qui se tient actuellement à Paris. Un projet de plus de capsule et ballon stratosphériques allez-vous dire... sauf que la capsule en question sera dotée d'un balcon qui offrira un point de vue unique sur la Terre et l'espace. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'histoire de la Terre vue de l'espace Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Homme a pris de la hauteur et pu admirer enfin le monde qu’il habite. Depuis l’espace, la Terre est magnifique, diversifiée et malgré tout unie, sans frontière. De là-haut, « on voit la fragilité de la Terre, a déclaré l’astronaute Thomas Pesquet. C'est une oasis dans un océan de rien du tout ».

Les start-upstart-up françaises du New Space ne manquent pas d’idées. Parmi tous les projets connus de ballon stratosphérique en développement dans le monde pour le marché du tourisme « spatial », celui de Stratoflight, en partenariat avec Expleo, se démarque. En effet, contrairement à tous les autres projets, Stratoflight et Expleo font le pari technologique de développer une capsule dotée d'une plateforme extravéhiculaire qui, tel un balconbalcon, permettra aux voyageurs de sortir dans l'espace ! Une combinaison pressurisée et une petite unité de support vie seront nécessaires à chacun des passagers, mais cette idée apparaît très attrayante.

Une capsule avec un balcon pour voir la Terre depuis la stratosphère

L'idée des deux partenaires est de concevoir une capsule de 8 mètres de long pour 4 mètres de large et 3 mètres de haut, capable d'accueillir six personnes dont deux pilotes. L'habitacle, composé de matériaux biosourcés, recyclés ou recyclables, sera capable, avec sa forme aérodynamique aux lignes à la fois tendues et courbes, de voler sous voile à des vitesses allant jusqu'à 140 km/h pour le retour au sol. La descente et le retour sur la terre ferme s'effectueront sous une aile pilotée de type parapente.

Pour rejoindre la stratosphèrestratosphère et voler à plus ou moins 35 kilomètres d'altitude, la capsule utilisera un ballon gonflé à de l'hydrogène décarboné. Ce ballon, s'appuie sur la technologie du ballon zéro-pression utilisée depuis plusieurs années par de multiples agences spatiales, dont le Cnes et la NasaNasa, pour des vols scientifiques.

Présentation de Stratoflight, une capsule avec balcon capable d'accueillir six personnes. © Stratoflight-Expleo

Notez qu'à, l'occasion de la 73e édition du Congrès international d'astronautiqueastronautique, qui se tient actuellement à Paris, Stratoflight et Expleo dévoilent et présentent une reproduction au 1/6e de la capsule sur le stand F6/G7 du Cnes.

Voir aussi

Tourisme spatial : un ballon stratosphérique made in France a été testé avec succès

Moins onéreux et plus écologiques que les avions et lanceurs suborbitaux, les ballons stratosphériques volent bien moins haut (de 25 à 35 km, contre de 80 à plus de 100 kilomètres). Mais s'ils ne permettent pas d'obtenir les fameuses ailes des astronautes, les voyages en ballon stratosphérique sont assez comparables aux voyages en avion, même s'ils ne permettent pas de flotter dans l'espace un court instant. Depuis la stratosphère, il est possible de voir la courbure de la Terre, les étoilesétoiles et le SoleilSoleil se lever ou se coucher.

Déroulé du court voyage stratosphérique que commercialisera Stratoflight. © Stratoflight, Expleo
Déroulé du court voyage stratosphérique que commercialisera Stratoflight. © Stratoflight, Expleo

Si ce projet voit le jour et devient opérationnel, il ne fait guère de doute qu'il devrait devenir un succès commercial car l'attrait des vols touristiques « spatiaux » vient moins de la brève incursion dans l'espace que du spectacle de la Terre vue d'en haut.  Et la vision de la Terre ou de l'espace depuis un balcon ou une plateforme externe sera toujours plus attrayante que de larges fenêtresfenêtres panoramiques.

Les réservations commenceront début 2023 pour les premiers vols en 2025.