Sciences

En vidéo : l'amerrissage - presque - réussi du premier étage de Falcon 9

ActualitéClassé sous :SpaceX , Falcon 9 , étage réutilisable

SpaceX vient de rendre publique une vidéo de bien meilleure qualité que celle diffusée pour la première tentative de la descente tout en douceur du premier étage du dernier Falcon 9, lancé le 14 juillet dernier. Si SpaceX tient son calendrier, un essai de récupération sur le sol est prévu pour la fin de l'année.

Falcon 9 v1.1 au décollage, sur le pas de tir SLC-40 de Cap Canaveral. À son bord, 6 des 17 satellites de la constellation de deuxième génération d'Orbcomm. © SpaceX

Lors du lancement réussi de six satellites de la nouvelle génération d'Orbcomm, SpaceX a testé une nouvelle fois la récupération du premier étage du lanceur Falcon 9. Cette fois-ci, les conditions météorologiques étaient beaucoup plus favorables que précédemment. Beau temps et mer faiblement ventée n'ont toutefois pas empêché l'étage de se briser en plusieurs morceaux après son amerrissage sur l'océan.

Le décollage s'est déroulé à Cap Canaveral, le 14 juillet dernier. Trois minutes plus tard, le premier étage se séparait du reste du lanceur puis manœuvrait pour sa trajectoire de retour tandis que ce dernier poursuivait sa route vers l'espace. Enfin, l'étage s'est posé sur la surface de l'océan à une vitesse très réduite avec ses quatre pieds du système d'atterrissage déployés correctement. Certes, il se sont ensuite brisés en morceaux qui ont coulé. Ce fut, malgré tout, un succès.

Ces deux tentatives ont montré que l'étage était capable, de façon automne, de contrôler son retour et descendre à la verticale avec un taux de roulis proche de zéro. L'étage est ainsi passé d'une vitesse hypersonique à une autre relativement lente, en redémarrant au moins trois de ses neuf moteurs.

Cette vidéo montre les 80 dernières secondes du vol de l’étage. On y voit notamment deux des quatre pieds du système d’atterrissage se déployer (ce qui permet de se rendre compte de l’absence de roulis). Seule déception, la caméra embarquée sur l’étage est partiellement recouverte par de la glace et de l’eau. Un problème auquel promet de remédier SpaceX lors de sa prochaine tentative. © SpaceX

La prochaine tentative sera celle d'un véritable atterrissage

Ce deuxième succès donne des ailes à SpaceX qui souhaite dès les prochaines tentatives de récupération, poser l'étage sur un sol en dur, voire sur une plateforme en mer avec une probabilité de succès améliorée. Lors des deux tentatives effectuées, SpaceX estimait ses chances de réussite à 30 %.

Cependant, cela ne se fera pas lors des deux prochains lancements qui verront deux Falcon 9 mettre en orbite de transfert géostationnaire les satellites Asiasat 8 (en août), suivi d'Asiasat 6, un mois plus tard. Il s'agira des onzième et douzième vols d'un Falcon 9. Lors de ces deux prochaines missions, compte tenu de la masse des satellites et de la capacité d'emport d'ergols du lanceur, il ne restera pas suffisamment d'ergols pour permettre aux premiers étages du lanceur de se poser.

Les essais reprendront avec le lancement suivant. Une capsule Dragon s'envolera alors à destination de la Station spatiale internationale (ISS) pour sa quatrième mission de ravitaillement. La tentative de récupération du premier étage se fera au-dessus de l'océan. C'est lors des deux lancements suivants que SpaceX tentera par deux fois la récupération des premiers étages sur un sol en dur. En novembre d'abord, avec le lancement des onze satellites restants de la constellation d'Orbcomm puis celui, quelques semaines plus tard, de TurkmenSat-1 (premier satellite du Turkménistan), construit par Thales Alenia Space.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi