Sciences

En vidéo : l'amerrissage du premier étage du Falcon 9

ActualitéClassé sous :SpaceX , Falcon 9 , accès à l'espace

-

S'il est encore un peu tôt pour dire que SpaceX est en passe de gagner son pari de la réutilisabilité du premier étage de son lanceur Falcon 9, il démontre qu'il est en mesure de le contrôler et de le ramener au sol à vitesse presque nulle. Pour l'instant, les essais se déroulent au-dessus de l'océan. Lors de la deuxième tentative, une caméra embarquée à bord d'un avion a filmé la descente de l'étage après qu'il se soit séparé de la partie supérieure du lanceur.

Falcon 9 v1.1 au décollage depuis son pas de tir SLC-40 de Cap Canaveral. À son bord, 6 des 17 satellites de la constellation de deuxième génération d'Orbcomm qui ont été mis à poste avec succès. © SpaceX

SpaceX rend publique une nouvelle vidéo de la deuxième tentative de la descente contrôlée du premier étage de son lanceur Falcon 9 utilisée lors du lancement de six satellites de la nouvelle génération de la constellation d'Orbcomm, le 14 juillet dernier. Cette fois, les images ont été acquises non pas par une caméra embarquée à bord de l'étage, mais depuis un avion situé à plusieurs kilomètres de la scène. Certes la définition de l'image n'est pas ce que l'on appelle du HD, mais elle permet de se rendre compte de la très bonne tenue du vol de l'étage lors de son retour et montre qu'il s'est posé en douceur à la surface de l'océan. Il s'est ensuite brisé et a coulé quelques instants après. Seule déception, l'avion a perdu la trace de l'étage après son amerrissage.

Filmée depuis un avion, la descente contrôlée, sans roulis et sans à-coups, du premier étage du lanceur Falcon 9 qui s'est posé ensuite à vitesse presque nulle à la surface de l'océan. © SpaceX

Une troisième tentative de descente contrôlée au-dessus de l'océan est prévue avant que SpaceX teste le retour de son étage sur un sol en dur ou une plateforme flottante. Cette tentative est prévue le 19 septembre lors du lancement d'une capsule Dragon à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Si tout se passe bien, lors des deux lancements suivants SpaceX tentera par deux fois la récupération des premiers étages à nouveau sur un sol en dur ou une plateforme flottante. En novembre d'abord, avec l'envoi des onze satellites restants de la constellation d'Orbcomm puis celui, quelques semaines plus tard, de TurkmenSat-1 (premier satellite du Turkménistan), construit par Thales Alenia Space.

Le pari de la réutilisabilité

SpaceX prévoit de rendre réutilisable le premier étage de la fusée Falcon 9 dans le but de réduire les coûts de ses lancements, qui sont vendus à perte pour l'instant et récupérer un maximum de moteurs. En effet, le Falcon 9 utilise pas moins de dix moteurs Merlin 1D. Or, compte tenu des engagements auprès du gouvernement des États-Unis et du stock de satellites que la société doit envoyer, plus d'une dizaine de lancements seront nécessaires ces prochaines années. En d'autres termes, SpaceX a besoin de plus de 100 moteurs par an, et l'industrie qui les construit ne peut pas en produire plus. Cette situation de limite de capacités induit la nécessité de récupérer le plus de moteurs possible.

Cela vous intéressera aussi