Le télescope d’Arecibo tel qu’il apparaît en novembre 2020, endommagé par des ruptures de câbles de support. © Université de Floride centrale
Sciences

Le radiotélescope d’Arecibo va être démonté

ActualitéClassé sous :radiotélescope , Arecibo , Radiotélescope d'Arecibo

La récente défaillance de non pas un, mais deux câbles de support du radiotélescope d'Arecibo (Porto-Rico), a irrémédiablement déstabilisé la structure. Toute opération de réparation exposerait les travailleurs à un danger de mort, concluent des experts indépendants. Les responsables du mythique instrument astronomique ont donc pris la difficile décision de le démonter.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Dans les secrets des trous noirs grâce à un radiotélescope sur la Lune  Le 10 avril 2019, des chercheurs dévoilaient la toute première image d’un trou noir supermassif. Une image à couper le souffle. Mais qui restait un peu floue. Pas de quoi en tirer des informations précises. Pour cela, préviennent les astronomes, il faudra agrandir l’Event Horizon Telescope. En construisant un radiotélescope sur la Lune ! 

Depuis près de 60 ans, le radiotélescope d'Arecibo (Porto-Rico) était pour les astronomes une source précieuse de données. En 1974, il a même tenté, pour nous, d'entrer en contact avec une civilisation extraterrestre. Mais la National Science Fondation (NSF) qui l'opère vient d'annoncer qu'il va prochainement être mis hors service. Pour des raisons de sécurité.

En août dernier, un câble de support brisé avait gravement endommagé le mythique radiotélescope. Début novembre, les équipes étaient prêtes à mettre en œuvre des opérations de stabilisation structurelle d'urgence lorsqu'un autre câble principal de la même tour s'est rompu, laissant penser aux ingénieurs que les câbles restants sont plus fragilisés qu'ils le pensaient.

Arecibo démonté pour protéger les travailleurs

« À ce moment-là, nous ne nous demandions pas encore si le radiotélescope d'Arecibo devait être réparé, mais comment », commente Ralph Gaume, directeur scientifique à la NSF, dans un communiqué. Depuis, des rapports d'expertise indépendante sont eux aussi tombés. Engager des opérations de réparation pourrait mettre en danger la vie des travailleurs. « Et c'est une ligne que nous ne pouvons pas franchir. »

Le radiotélescope de 305 mètres va donc être démonté. Le reste de l'infrastructure - l'installation Lidar, par exemple - sera préservé et pourra servir à de futures missions de recherche. L'opération se prépare déjà et des drones sont chargés d'éclairer le déclassement pour éviter tout risque. Mais le démantèlement du radiotélescope ne devrait pas réellement commencer avant plusieurs semaines.

Pour en savoir plus

Le célèbre radiotélescope d'Arecibo est en danger

C'est la seconde fois cette année qu'un câble de l'iconique radiotélescope d'Arecibo rompt. Les ingénieurs commencent à manifester leur inquiétude face à l'instabilité de la situation.

Article de Emma Hollen paru le 10/11/2020

Le radiotélescope d’Arecibo a longtemps été le plus grand radiotélescope simple jamais construit. En ce début de semaine, il a été gravement endommagé par un incident technique. © NAIC

En août dernier, les ingénieurs et les amateurs de radioastronomie découvraient avec horreur que l'un des massifs câbles en acier du radiotélescope d’Arecibo avait rompu, arrachant au passage une large portion de l'antenne, sur une longueur de 30 mètres. Alors que les techniciens s'apprêtaient à engager une mission de réparation complexe cette semaine, un nouvel incident est venu perturber leurs plans vendredi dernier, avec la rupture d'un second câble.

Une situation glissante

« Ce n'est clairement pas ce que nous espérions voir arriver, mais l'important est que personne n'ait été blessé, déclare Francisco Cordova, directeur de l'observatoire. Nous avions été prudents dans notre évaluation et avions donné la priorité à la sécurité dans la planification des réparations qui devaient commencer mardi. Et voilà ce qu'il se passe maintenant... ». De toute apparence, les deux câbles étaient rattachés à la même tour de soutien de l'appareil. Lorsque les ingénieurs ont noté l'usure du second câble, sous plus forte tension suite à la chute du premier, il était déjà trop tard.

Avant même que de nouvelles mesures préventives aient pu être mises en place, la structure perdait son second pilier, entraînant à son tour de nouveaux dégâts au niveau de la parabole et des câbles environnants. Il y a fort à parier que, désormais, ce soit l'intégrité de l'ensemble de la tour qui soit menacée. Deux nouveaux câbles sont en cours d'acheminement vers l'observatoire, dans l'espoir que ceux-ci participeront à réduire quelque peu la tension sur ceux restants. « La situation est très incertaine jusqu'à ce que nous puissions stabiliser la structure », commente Cordova.

Les dommages causés à l'observatoire d'Arecibo par la chute d'un câble en août 2020. © UCF

Trop jeune pour partir

En dépit de son âge avancé, l’observatoire d’Arecibo, construit avant même que les humains ne fassent le premier pas sur la Lune, pourrait encore avoir de belles années devant lui, et l'équipe souhaite tout faire pour éviter son effondrement. « C'est une mauvaise nouvelle, mais nous demeurons engagés dans la remise en ligne de l'installation, poursuit son directeur. C'est un outil bien trop important dans l’avancement de la science pour être abandonné. » Le climat ne fait rien pour améliorer les choses et les chercheurs espèrent que les ouragans ne se montreront pas trop sévères jusqu'à ce qu'une solution puisse être mise en place.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !