De l’eau liquide à -44 °C, c’est possible ! © Wirestock, Adobe Stock
Sciences

Des chercheurs abaissent le point de congélation de l'eau à -44 °C

ActualitéClassé sous :Physique , Eau , climatologie

L'eau pure gèle normalement à 0 °C. Mais dans certaines conditions, la température de fusion peut être considérablement abaissée. Ce processus de nucléation de glace est essentiel dans les phénomènes météo comme la formation des nuages, ou dans les technologies dégivrantes. Des chercheurs sont parvenus à un nouveau record de point de congélation, et ce n'est peut-être pas fini !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourquoi le sel fait-il fondre la neige ?  Lorsque l’hiver arrive, il n’est pas rare que les routes gèlent. Afin d’empêcher les accidents, les grands axes sont souvent recouverts de sel, ce qui a pour effet de faire fondre la neige. Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, durant cet épisode de Kézako, quels sont les procédés chimiques qui entrent en jeu dans cette situation. 

Vous avez toujours appris que l’eau gèle à 0 °C ? Ce n'est pourtant pas toujours vrai. De l'eau de mer salée à 23 % se solidifie par exemple seulement à -21 °C. Il peut aussi se produire un phénomène de surfusion, où l'eau reste liquide dans un état instable. C'est ce que l'on observe dans les nuages, où l'eau se transforme brutalement en givre au passage d’un avion par exemple. Dans certaines conditions, l'eau peut théoriquement rester liquide jusqu'à -38 °C. En 2018, des chercheurs étaient déjà parvenus à repousser cette limite à -42,55 °C (voir notre précédent article, ci-dessous). Aujourd'hui, un nouveau record à -44 °C  a été franchi par une équipe de l'université de Houston aux États-Unis, dont les résultats sont parus dans la revue Nature Communications.

Des nanogouttes de seulement 275 molécules

Pour parvenir à cet exploit, les scientifiques ont d'abord créé de minuscules gouttelettes d'eau allant de 150 nanomètres (soit la taille d'une particule du virus de la grippe) jusqu'à 2 nanomètres, ce qui représente seulement 275 molécules d'eau. En effet, plus la goutte est petite, plus le point de fusion est abaissé. Les gouttes de 2 nanomètres gèlent ainsi à -41 °C. Pour descendre encore plus bas, les chercheurs ont « enveloppé » les gouttes d'octane, un hydrocarbure qu'ils ont ajouté sur les pores d'une membrane d'oxyde d'aluminium anodisé où passaient les gouttes d'eau. « Nous avons découvert que si une gouttelette d'eau est en contact avec une interface molle, la température de congélation peut être considérablement inférieure à celle des surfaces dures », explique Hadi Ghasemi, professeur de génie mécanique à l'université de Houston. Cette approche permet aux gouttelettes de prendre une forme plus arrondie sous une pression plus élevée, ce qui est essentiel pour empêcher la formation de cristaux de glace à très basse température.

Les nanogouttes d’eau sont confinées et entourées d’un film huileux. © Alireza Hakimian et al., Nature Communications, 2021

Une limite théorique à -123 °C

Pour détecter le passage de l'eau liquide à l'eau solide, impossible à observer directement à cette échelle, les chercheurs ont analysé la lumière émise dans le spectre infrarouge et mesuré la conductance électrique (la glace étant plus conductrice que l'eau). Résultat : les gouttes de 2 nanomètres ont gelé à -44 °C, ce qui établit un nouveau record. Impossible de savoir si de telles conditions sont possibles en milieu naturel, avertissent les chercheurs. Théoriquement, on estime que la nucléation de glace peut être supprimée jusqu’à -123 °C lorsque la nanogouttelette est confinée dans une forme spéciale et soumise à une forte pression. Mais pour l'instant, personne n'est parvenu à créer et observer de telles gouttelettes.

Antigivrants et prévisions météo

Ces recherches ont de très nombreuses implications, explique Hadi Ghasemi. « Le processus de congélation des petites gouttelettes d'eau joue un rôle essentiel dans la survie des animaux dans des environnements froids, car la formation d'eau gelée à l'intérieur d'une cellule entraîne sa rupture et sa mort. » La fusion de l'eau joue également un rôle clé dans la prévision climatique, les conditions de formation des nuages, la cryoconservation des organes et les appareils exposés aux conditions givrantes tels que les avions et les éoliennes. Hadi Ghasemi a d'ailleurs auparavant inventé un antigivrant pour des applications aérospatiales.

Pour en savoir plus

Record : de l’eau liquide à -42,55 °C

Article de Nathalie Mayer publié le 11/01/2018

Il y a quelques jours, des chercheurs annonçaient que l'eau était en réalité composée de deux liquides susceptibles d'être séparés. Aujourd'hui, une autre équipe nous apprend qu'elle peut rester liquide jusqu'à une température inférieure à -40 °C. L'eau, ce composé en apparence basique, décidément, n'en finira jamais de nous étonner.

Tout le monde le sait, la température de solidification de l'eau pure est de 0 °C. De l'eau pure, car ajoutez un peu de sel à l'eau et cette température peut descendre. Ainsi, une eau salée à hauteur de 23 % ne gèle qu'à partir de -21 °C. Mais ce n'est rien comparé au record que viennent d'établir des chercheurs de l'université de Frankfort (Allemagne). Ils sont parvenus à maintenir de l'eau pure liquide jusqu'à... -42,55 °C !

En pareille situation, lorsqu'un composé reste liquide à une température à laquelle il est normalement solide, les physiciens parlent de surfusion. Cependant, ils ne savent pas encore précisément quels sont les mécanismes sous-jacents. Dans le cas de la surfusion de l'eau cela pourrait pourtant, entre autres, les aider à développer des modèles climatiques plus fiables. Car des gouttes d'eau surfondue se forment naturellement dans l'atmosphère. Les pilotes d'avions le savent car il arrive que leur appareil, en traversant un nuage, parfois si diffus qu'il est invisible, se couvre quasiment instantanément de givre, la prise en glace de l'eau surfondue étant alors provoquée par le choc.

Durant l’hiver 1942, des centaines de chevaux auraient été piégés par les eaux du lac Lagoda (Russie) alors dans un état de surfusion. © Yoneh de fi, Wikipedia, CC by-SA 3.0

Une chambre à vide et un laser

Pour établir leur record de température, les chercheurs allemands ont injecté des gouttes d'eau de taille micrométrique dans une chambre à vide. Sur leur parcours, ces gouttes se sont partiellement évaporées. Ce faisant, les gouttes, ainsi rétrécies, ont refroidi en corrélation avec la diminution de leurs dimensions.

Il ne restait plus alors qu'à mesurer les diamètres des gouttes pour évaluer leur température. Les chercheurs y sont parvenus avec une précision inégalée de 10 nanomètres. En éclairant les gouttes au laser et en mesurant la position des pics de résonance de la lumière diffusée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !