Les naines rouges sont très répandues dans notre Univers. Mais il n’est pas toujours facile d’identifier des exoplanètes qui orbiteraient autour. Des astronomes ont utilisé un télescope dédié pour en observer deux nouvelles autour d’une étoile à 120 années-lumière de la Terre.

Les naines rougesnaines rouges sont réputées, de loin, les étoiles les plus nombreuses de l'UniversUnivers, comptant pour environ 75 % de la population stellaire. Elles sont peu massives et peu lumineuses. Leur température n'est pas très élevée. Des caractéristiques qui pourraient permettre à de l'eau liquideliquide d'exister sur des planètes dont les orbitesorbites seraient suffisamment proches. Des chercheurs des universités de Berne et de Genève (Suisse) viennent justement d'identifier deux exoplanètesexoplanètes autour d'une naine rouge baptisée TOI-1266 et située à 120 années-lumièreannées-lumière de la TerreTerre.

Voir aussi

Faut-il rechercher la vie extraterrestre autour de ces étoiles ? Réponse de Franck Selsis

C'est grâce à un instrument dédié qu'ils y sont parvenus : le télescopetélescope Saint-EX -- pour Recherche et caractérisation des exoplanètes en transit, et en hommage à Antoine de Saint-ExupéryAntoine de Saint-Exupéry --, basé au Mexique. Une installation robotisée hébergeant un télescope d'un mètre équipé d'une instrumentation spécialement adaptée pour permettre une détection de haute précision des petites planètespetites planètes en orbite autour d'étoiles froides de type naine rouge.

Pour faire le tour de leur étoileétoile, il ne faut aux deux planètes -- TOI-1266 b et TOI-1266 c -- observées à l'aide du télescope Saint-EX, que 11 et 19 jours. Mais, comme leur étoile est plus froide que le SoleilSoleil, il n'y règne pas des températures aussi extrêmes que l'on pourrait l'imaginer. Environ la température de Vénus sur la planète extérieure, alors même qu'elle se situe sept fois plus près de son étoile que VénusVénus ne l'est du Soleil.

Dans les mois qui viennent, les astronomes espèrent pouvoir reprendre leurs observations, interrompues par la crise sanitaire, pour identifier de nouvelles exoplanètes potentiellement habitables autour d’autres naines rouges. © Université de Bern, Twitter

Deux exoplanètes assez rares

La densité des deux planètes apparaît similaire. Elles seraient deux fois moins rocheuses que la Terre, mais beaucoup plus que NeptuneNeptune. Côté taille, en revanche, ces deux exoplanètes semblent bien différentes. TOI-1266 b mesure un peu moins de deux fois et demie le diamètre de notre Planète. TOI-1266 c, elle, mesure un peu plus d'une fois et demie la taille de notre Planète, ce qui en fait une super-Terre.

« Des planètes de cette taille sont assez rares, précise Brice-Olivier Demory, auteur principal de l'étude, dans un communiqué de l’université de BerneProbablement en raison de l'effet d'une forte irradiationirradiation de l'étoile qui peut éroder leur atmosphèreatmosphère. » Car les naines rouges sont connues pour leurs puissantes éruptions qui émettent de grandes quantités de rayonnements ultravioletsultraviolets, notamment.

Quoi qu'il en soit de l'habitabilité de ces nouvelles exoplanètes, étudier deux planètes ainsi différentes pourrait aider les astronomesastronomes à mieux comprendre comment de telles planètes peuvent se former.