Magnifique panorama immortalisé par le rover chinois Yutu-2 à l'issue de son 40e jour lunaire sur la face cachée. On y voit les traces de ses six roues. On distingue même l'atterrisseur Chang'e 4 qui l'a déposé au sol il y a plus de trois ans aujourd'hui (le point noir à gauche, au pied du bord du cratère Von Kármán). © Clep, CNSA, Ourspace
Sciences

Yutu-2 nous envoie un panorama de la face cachée de la Lune

ActualitéClassé sous :Espace , lune , Chang'e 4

Le rover chinois Yutu-2 s'est posé sur la face cachée de la Lune le 3 janvier 2019. Depuis, le « lapin de jade » est en bonne santé et poursuit son exploration du sol lunaire.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'atterrissage de Chang'e 5 sur la Lune  L'Agence spatiale chinoise nous invite à revivre l'atterrissage de Chang'e 5 sur face visible de la Lune du 1er décembre 2020. L'atterrisseur s'est posé dans l'océan des Tempêtes pour une mission express de prélèvements d'échantillons. C'est la première fois depuis plus de 40 ans que des roches lunaires seront rapportées sur Terre. 

La Chine a surpris tout le monde quand elle est devenue le premier pays (et le seul) à réussir à se poser sur la face cachée de la Lune. Pour assurer la communication avec le site, la Clep (acronyme de Chinese Lunar Exploration Program), branche de l'agence spatiale chinoise dédiée à l'exploration, nécessite un satellite relais nommé Queqiao. Depuis plus de trois ans, la Clep discute avec Yutu-2 et reçoit les données scientifiques de ses instruments.

Magnifique panorama immortalisé par le rover chinois Yutu-2 à l'issue de son 40e jour lunaire sur la face cachée. On y voit les traces de ses six roues. On distingue même l'atterrisseur Chang'e 4 qui l'a déposé au sol il y a plus de trois ans aujourd'hui (le point noir à gauche, au pied du bord du cratère Von Kármán). © Clep, CNSA, Ourspace

Depuis son atterrissage, le rover chinois a parcouru 1.029 mètres. Certains diront que c'est peu comme distance. Mais il faut se rappeler les limites du rover. D'une part pendant deux semaines, le rover « dort » pendant la nuit lunaire car il fait trop froid à la surface (jusqu'à -190 °C). D'autre part, le rover fait également « la sieste » pendant une petite semaine quand le Soleil est trop haut dans le ciel car il fait trop chaud (jusqu'à 100 °C). Autre raison : l'antenne de communication en Chine sert beaucoup à recevoir les données de Zhurong, le rover chinois qui explore Mars. Enfin, Yutu-2 roule peu car il prend souvent le temps d'étudier des roches sélènes qui jonchent ça et là son chemin.

Time-lapse du trajet de Yutu-2 au cours des 22 premiers mois sur la face cachée de la Lune, vu par la sonde lunaire orbitale de la Nasa Lunar Reconnaissance Orbiter. © Nasa, GSFC, Arizona State University

Direction nord-ouest

Yutu-2 a depuis longtemps dépassé sa période initiale de fonctionnement, qui était de trois mois. Le rover avance actuellement vers le nord-ouest, à la recherche de plus de roches pouvant provenir d'en dessous de la croûte de la surface lunaire. Dernièrement, il a étudié une roche qui avait la forme d’un lapin (pour rappel, Yutu veut dire « lapin de jade »). Il a aussi révélé la présence de sphères de verre créées lors d'impacts de météorites.

Alors que la Clep prépare sa prochaine mission de récupération d’échantillons lunaires, Yutu-2 et sa plateforme d'alunissage Chang'e 4 continuent leur mission. Ils viennent juste de finir leur 40e journée lunaire (une journée sur la Lune correspond à 28,5 jours sur Terre).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !