Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] GRAIL filme la face cachée de la Lune Premières images prises par les sondes lunaires GRAIL montrant la face cachée de la Lune. La face cachée de la Lune est celle que l'on n'aperçoit jamais depuis la Terre. © Nasa

Il y a environ un an, l'Agence spatiale chinoise (CNSA) signalait la découverte sur la face cachée de la Lune par le roverrover Yutu-2, d'une substance étrange, ressemblant à « un gelgel brillant ». De quoi enflammer les imaginations.

Depuis, les chercheurs chinois ont analysé les données recueillies par le rover. Et l'enthousiasme est retombé. Il ne s'agit finalement ni plus ni moins que... de roche. De la roche qui a probablement fondu sous la chaleurchaleur d'un impact de météorite, prenant un aspect verdâtre et scintillant sur une surface d'environ 52 centimètres sur 16.

Au centre de cette image, on devine la substance étrange en question. © CNSA, CLEP
Au centre de cette image, on devine la substance étrange en question. © CNSA, CLEP

La substance apparaît finalement très similaire à deux échantillons récupérés par les missions Apollo 15 et 17. Ces deux échantillons ont été classés dans la catégorie des brèches, des matériaux composées de roches cimentées par des matériaux plus fins. En l'occurrence, du régolitherégolithe lunaire cimenté par un verre noir.

Les chercheurs chinois notent tout de même que la brèche découverte par Yutu-2 s'est probablement formée plus loin, avant d'être éjectée dans le cratère où elle a été trouvée. Car la météoritemétéorite qui a donné naissance à ce cratère - une météorite de pas plus de deux centimètres de diamètre - ne semble pas assez grosse pour générer une chaleur suffisante à la formation de cette brèche.


Article de Nathalie MayerNathalie Mayer paru le 02/09/2019

Au cours de ses déambulations sur la face cachée de la Lune, le rover chinois Yutu-2 de la mission Chang'e 4 a fait une étrange découverte. Au fond d'un petit cratère d'impact récent, il a attiré l'attention sur une substance décrite par l'Agence spatiale chinoise (CNSA) comme ressemblant à « un gel brillant ». Une découverte pour laquelle les responsables n'ont pas hésité à bouleverser le calendrier de la mission.

Selon eux, le matériaumatériau photographié par Yutu-2 se distingue du régolithe qui recouvre le sol de notre satellite naturel autant par sa forme que par sa couleurcouleur et sa texturetexture. Une analyse spectrométrique -- dans le visible et dans le proche infrarougeinfrarouge -- visant à en déterminer la composition chimique a été menée. Mais les résultats n'ont pas encore été publiés. Certains ont émis l'hypothèse un peu farfelue qu'il aurait pu s'agir des tardigrades perdus par la sonde israélienne Bereshit. D'autres avancent beaucoup plus sérieusement qu'il pourrait s'agir tout simplement de verre en fusionfusion créé par l'impact de météorites. Affaire à suivre...