Sciences

Les trous noirs pourraient avoir favorisé l'apparition de la vie

ActualitéClassé sous :Astronomie , trou noir , nucléosynthèse

-

Les trous noirs sont généralement vus, sauf par les physiciens théoriciens et les astrophysiciens, comme des objets négatifs, sources de danger et de mort. Ne sont-ils pas eux-mêmes des cadavres stellaires résultant de l'explosion de certaines étoiles massives ? Une équipe internationale d'astronomes dont Martin Elvis du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics vient de rectifier quelque peu cette image.

La galaxie NGC 4051 possède un trou noir central source d'un vent de matière riche en éléments lourds.
Vue d'artiste d'un trou noir super massif niché au coeur d'une galaxie. Le gaz s'échauffe en approchant du trou noir, passant du rouge au blanc. La majorité du gaz est avalé pas le trou noir, mais une partie est éjectée à une vitesse proche de celle de la lumière (Crédits : CXC/M. Weiss).

La galaxie NGC 4051 possède un trou noir central supermassif, comme presque toutes les galaxies de taille moyenne. En l'étudiant avec le satellite de l' ESA XMM Newton, les chercheurs se sont aperçu qu'un vent chaud de gaz, riche en élément lourds tels que l'oxygène, l'azote et le carbone, s'échappait à grande vitesse en direction de l'espace intergalactique.

Il faut savoir que, lors de la nucléosynthèse primordiale, ces éléments lourds n'existaient pas. Or, non seulement ceux-ci sont synthétisés dans les étoiles, mais ils interviennent par la suite dans la production d'énergie de celles-ci avec le cycle CNO, la naissance d'autres étoiles et surtout, ils sont à la base des cellules vivantes.

En aidant ainsi à répandre ces éléments, les trous noirs géants au début de la naissance des premières galaxies ont ainsi peut-être contribué de façon non négligeable à l'apparition de la Vie.

Le gaz détecté n'est pas produit par les trous noirs, et ce n'est encore moins un effet du processus d'évaporation de ceux-ci découvert par Stephen Hawking. Ce type de trou noir est tellement froid qu'il l'est plus que le CMB, par conséquent il absorbe des particules pour se réchauffer !

Non, les atomes lourds présents proviennent bien de la nucléosynthèse stellaire et font partie du gaz présent dans le complexe milieu interstellaire et, plus probablement aussi, proviennent de la disruption des étoiles proches du centre des galaxies par le trou noir central.

Les mesures prouvent qu'à environ 2 000 fois le rayon de Schwarzschild du trou noir de NGC 4051, c'est-à-dire environ 5 fois la distance Soleil-Neptune, une partie du flot de matière en chute libre vers le trou noir échappent à son attraction pour rejoindre l'espace environnant. Les chercheurs parlent de 2 à 5 %.

La vitesse d'éjection étant importante, au bout de quelques milliers d'années cette matière peut donc se trouver suffisamment loin pour enrichir les nébuleuses protosolaires en éléments lourds indispensables pour l'apparition d'une vie basée sur le carbone, à la surface de futures planètes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi