L’observatoire d’Arecibo, avec son fameux radiotélescope, a annoncé récemment qu’en joignant ses forces à celui de RadioaAstron, et d’autres instruments sur la planète, il avait permit de réaliser pour un temps le plus grand radiotélescope du monde en janvier 2012. Doté d’une base équivalente à un télescope de 220.000 km de diamètre, ce radiotélescope géant a permis d’étudier un pulsar avec une résolution record.
Cela vous intéressera aussi

Il y aura bientôt un an que le HubbleHubble russe, RadioaAstron, est parti pour l'espace. Contrairement à son homologue Hubble, il ne fournit pas d'images dans le visible mais sa taille et la diversité des objets et processus astrophysiquesastrophysiques qu'il devrait permettre d'étudier font tout de même penser au célèbre télescopetélescope spatial. Les astrophysiciensastrophysiciens attendent de lui qu'il nous permette, entre autres, de mieux comprendre les objets compacts comme les trous noirstrous noirs et les étoiles à neutronsétoiles à neutrons. Pour cela, il faut qu'il se trouve à grande distance de la TerreTerre afin que l'on puisse combiner ses observations par interférométrieinterférométrie avec d'autres radiotélescopes au sol. De cette manière, des images d'une résolutionrésolution bien supérieure à celle de Hubble peuvent être obtenues, bien qu'elles soient dans le domaine radioradio.




RadioAstron (ou Spektr R) a été lancé le 18 juillet 2011 de Baïkonour par une fusée Zenit-2SB/Fregat-2CB. © RIA Novosti

C'est ainsi que le 25 janvier 2012, alors qu'il se trouvait au périgéepérigée de son orbiteorbite, RadioAstronRadioAstron a joint ses forces au mythique radiotélescoperadiotélescope d'Arecibo, celui-là même qui a servi à démontrer indirectement l'existence des ondes gravitationnelles et qui a été utilisé pour envoyer récemment encore un message aux E.T. D'autres radiotélescopes sont entrés dans la danse pour former au final l'équivalent d'un instrument de 220.000 km de diamètre, tournant son regardregard vers un pulsarpulsar situé à 900 années-lumièreannées-lumière de la Terre, du nom de B0950+08.

Les quasars sont-ils des trous de ver ?

L'étoile à neutrons en rotation a été observée vers une longueur d'ondelongueur d'onde de 92 cm avec une résolution 50 fois supérieure à celle de Hubble. Et ce n'est qu'un début, on attend de bien meilleures performances encore dans un avenir proche. Les dix plus brillants pulsars de la voûte céleste devraient faire l'objet de toute l'attention de RadioAstron et ses frères, avec qui on devrait pouvoir déterminer à quel endroit précis d'un pulsar est émis le signal radio capté sur Terre, ce qui nous aidera probablement à mieux comprendre les mystères des étoiles à neutrons.

Le plus spectaculaire sera sûrement lorsque RadioAstron donnera accès à des images haute résolution des quasars. On pourrait découvrir que certains d'entre eux ne sont pas des trous noirs supermassifstrous noirs supermassifs mais bel et bien des trous de ver...