Le 6 février prochain les deux sondes solaires Stereo vont atteindre les positions opposées de leur orbite, permettant pour la première fois d'observer l'activité solaire simultanément sur les deux hémisphères de notre étoile.
Cela vous intéressera aussi
  • Retrouvez toutes les étonnantes images du Soleil 

Lancées le 26 octobre 2006 depuis Cap CanaveralCap Canaveral, les deux sondes jumelles Stereo de 620 kilos chacune ont été placées sur la même orbiteorbite que la TerreTerre. Alors qu'un des satellites précède notre planète, l'autre la suit, ce qui tend à éloigner peu à peu les deux observatoires qui fournissent ainsi des vues stéréoscopiques du SoleilSoleil. Les sondes vont atteindre le 6 février les extrémités opposées de leur orbite, ce qui va leur donner la possibilité d'étudier la totalité de la surface solaire.

Ces deux satellites sont destinés à mieux comprendre les éruptions solaireséruptions solaires et leur impact sur notre planète. Les premiers résultats scientifiques remontent au 25 février 2007, quand Stereo B a observé pour la première fois un transit lunaire devant le Soleil. Puis en 2008 les deux sondes ont mis en évidence une déformation de l'héliosphère, confirmant les données fournies par les sondes Voyager. Elles ont également photographié dernièrement la queue gazeuse de Mercure, mais leur fonction principale reste l'observation du Soleil en 3D et plus particulièrement les explosions qui se produisent dans la couronne solairecouronne solaire et sont connues sous le nom d'éjections de massemasse coronale (CMECME).

Une nouvelle vision du Soleil

Pourquoi est-ce si important de voir la Soleil en totalité ? Pour Dean Pesnell, astrophysicienastrophysicien solaire à la NasaNasa, le 6 février 2011 marque une étape décisive dans l'étude de notre étoileétoile. « Jusqu'à présent il y avait toujours une partie du Soleil qui était invisible. On devait attendre une semaine ou deux pour la voir. Mais une vision globale du Soleil est indispensable pour comprendre l'ensemble des phénomènes magnétiques qui affectent la couronne. Depuis la Terre on ne peut voir qu'un des pôles du Soleil, les sondes Stereo permettront de voir les deux en même temps, une source d'informations cruciale quand on sait que le champ magnétiquechamp magnétique polaire est un très bon indicateur de l'activité solaire. »

Même si les sondes Stereo vont poursuivre leur orbite après le 6 février et perdre progressivement une vue d'ensemble du Soleil, la parcelle manquante sera étudiée par un autre satellite, SDO. Ainsi notre Soleil sera sous complète surveillance pour les années à venir. Comme le fait remarquer Pesnell, « depuis la couverture de la météométéo terrestre par les satellites, nous n'avons jamais manqué un ouraganouragan. Désormais nous ne manquerons plus aucune région active sur le Soleil ».