Sciences

Perséides 2011 : il faudra faire avec la Lune

ActualitéClassé sous :Astronomie , perséides , lune

Les célèbres étoiles filantes qui zèbrent traditionnellement le ciel autour du 12 août seront cette année plus difficiles à observer en raison de la Pleine Lune.

Passage d'une brillante Perséide pendant l'été 2010 au-dessus du temple du Dono. © S. Vetter (www.nuitsacrees.fr)

On les appelle aussi les larmes de Saint-Laurent car leur maximum d'activité se produisait initialement vers le 10 août. Les Perséides sont actives de fin juillet au 18 août environ avec un pic d'activité qui a progressivement glissé vers le 12-13 août. Ces petites poussières qui se consument dans notre atmosphère ont été abandonnées le long de son orbite par la comète périodique Swift-Tuttle et chaque année pendant l'été notre planète coupe ce nuage de débris. Bien que les Perséides soient sans doute les étoiles filantes les plus célèbres, il existe de nombreux autres essaims météoritiques observables tout au long de l'année. Les Géminides sont par exemple bien connues des astrophotographes assez courageux pour sortir les observer en plein mois de décembre !

Un beau météore est venu laisser son empreinte sur cette image d'un filé d'étoiles. © J.-B. Feldmann

Une mauvaise année pour les observateurs

Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour les observateurs de Perséides. La Lune n'était présente qu'en début de soirée en 2008 et absente en 2010. Par contre cette année va ressembler à la situation que nous avons vécue en 2009 avec le luminaire sélène très présent, de quoi noyer les plus faibles météores. Par bonheur l'essaim des Perséides produit régulièrement de brillants météores que vous ne manquerez pas si vous passez la nuit dehors.

Pour mener confortablement vos observations, prévoyez une chaise longue qui vous évitera de vous tordre le cou et de quoi vous couvrir chaudement et vous restaurer. Il n'y a pas de direction privilégiée à observer, mais vous constaterez si vous prolongez en arrière la trace des météores, qu'ils semblent provenir de la constellation de Persée qui héberge le radiant. Ce simple effet de perspective vaut à cette constellation d'avoir logiquement donné son nom à l'essaim.

La tradition veut que l'on fasse un vœu pour chaque étoile filante, mais vous pourrez également saisir l'occasion de ces observations nocturnes pour repérer les principales constellations et les planètes du moment en relisant les conseils que nous vous donnions il y a quelques jours pour profiter au mieux des Nuits des étoiles.

Cela vous intéressera aussi