Sciences

Hayabusa au-dessus de l'astéroïde Itokawa

ActualitéClassé sous :Astronomie , sonde Hayabusa , Muses-C

La sonde Hayabusa (initialement Muses-C) lancée en mai 2003 a rejoint son objectif, l'astéroïde Itokawa. Cette sonde de la JAXA, l'Agence spatiale japonaise, doit rester en orbite autour de Itokawa de 2 à 3 mois à une altitude moyenne de 20 km. Toutefois, il est prévu que la sonde s'en approche à seulement 7 km pour un examen plus détaillé.

Itokawa vu par la sonde Hayabusa depuis une distance de 20 km (le 12 septembre 2005)

La phase la plus délicate de la mission est sans aucun doute le moment ou l'engin japonais doit se poser sur Itokawa pour y prélever quelques grammes d'échantillons du sol et les rapporter sur Terre à l'été 2007. Pour cela, Hayabusa va envoyer des petits projectiles sur Itokawa afin de collecter, grâce à un cornet, une petite quantité d'échantillons qui seront placés dans la capsule de rentrée atmosphérique qui sera larguée sur Terre.

Pendant la durée de la mission autour de l'astéroïde, Toute une série d'observations et de mesures seront menées. Les instruments de Hayabusa traceront une carte globale de la surface de l'astéroïde et détermineront la composition de sa surface et de sa structure au moyen notamment d'un spectromètre.

Noter qu'avant la collecte des échantillons, la sonde doit larguer un petit 'robot', pas plus gros qu'une boîte de conserve, qui va rebondir sur la surface de l'astéroïde pendant un ou deux jours de façon à prendre des mesures de température et des images haute résolution.

Cette mission est également un succès technologique pour le Japon. En effet, Hayabusa est un démonstrateur qui emporte de nouvelles technologiques à même d'être utilisées pour de futures missions spatiales.

Ainsi, Hayabusa utilise un moteur ionique pour se propulser et lors de toutes les phases les plus délicates de la mission. Ce moteur a été conçu pour fonctionner sans interruption depuis son lancement jusqu'au retour sur Terre, à l'été 2007. Mais ce n'est pas tout, la JAXA a dû mettre au point un système fiable de collecte d'échantillons et concevoir la capsule de rentrée atmosphérique, censée les rapporter sur Terre et les préserver de toute contamination extérieure. Enfin, le système de navigation de la sonde est autonome.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi