Un jour, peut-être, un engin spatial pourra dévier un astéroïde, voire le capturer comme dans ce projet de la Nasa, qui restera une vue d'artiste pour plusieurs années encore. © Nasa

Sciences

Un astéroïde d'Halloween, juste pour se faire peur

ActualitéClassé sous :Astronomie , astéroïde , astéroïde 2015 TB145

-

Le 31 octobre, jour d'Halloween, un objet de 400 m de diamètre passera loin au-dessus de l'orbite de la Lune autour de la Terre. À 480.000 km, l'astéroïde 2015 TB145 sera suffisamment près pour se faire photographier. La Nasa ne manque pas l'occasion de rappeler à tout le monde que l'observation des objets géocroiseurs est une activité importante qui mérite des crédits.

Pour Halloween, la Nasa nous offre une « grosse citrouille ». C'est ainsi qu'a été nommé l'astéroïde 2015 TB145, d'environ 400 m de diamètre, découvert seulement le 10 octobre dernier par l'instrument Pan-Starrs-1 (Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System), installé à Haleakala, au sommet de l'île Maui, à Hawaï. L'orbite de ce géocroiseur (en anglais NEO, pour Near Earth Object) a depuis été calculée à la Nasa, plus précisément au Center for Near Earth Object Studies du JPL (Jet Propulsion Laboratory).

La trajectoire de l'astéroïde 2015 TB145 le 31 octobre. L'objet passera largement au-delà du plan de l'orbite Terre-Lune et la distance minimale sera de 480.000 km à 17 h 05 TU (temps universel, ou UTC). © Nasa, JPL-Caltech

Un rapprochement exceptionnel

Résultat : le 31 octobre, à 18 h 05 en heure de France métropolitaine, 2015 TB145 passera à environ 480.000 kilomètres de la Terre, soit seulement 1,25 fois la distance Terre-Lune puisque ce jour-là, notre satellite sera à 383.218 km. Un tel rapprochement est exceptionnel, nous explique la Nasa. D'après le Minor Planet Center, il est à classer numéro deux, derrière celui de 1999 AN10 qui surviendra en août 2027 pour un objet de cette taille. Ce corps de 800 m passera alors à 380.000 km, soit la distance de la Terre à la Lune.

Ce n'est cependant pas là le record de rapprochement connu, actuellement détenu par Apophis. En avril 2029, il devrait s'approcher à 30.000 km seulement, sans risque de collision. Mais lui ne mesure que 300 m. Et tout le monde se souvient de ce 15 février 2013 où la Nasa guettait 2012 DA14 qui frôlait la Terre à 28.000 km tandis que, sans que les deux événements aient un rapport, un objet, bien plus petit heureusement, heurtait l'atmosphère terrestre au-dessus de l'Oural, enflammant le ciel de Tcheliabinsk.

L'antenne DSS-13, à Goldstone, dans le désert de Mojave, en Californie, enverra un signal radar vers l'astéroïde, le 31 octobre, pour en réaliser une image. © GDSCC

Astéroïde ou morceau de comète ?

Que risquons-nous ce 31 octobre ? Absolument rien, bien sûr, et l'événement n'intéressera que les astronomes. 2015 TB145 sera suffisamment proche pour être imagé grâce à un flash radar émis depuis l'antenne radio DSS-13 de 34 m installée à Goldstone, en Californie. La résolution espérée est de deux mètres par pixel. Jusqu'à présent, la meilleure image du genre obtenue est celle de 2014 HQ124, alors que cet astéroïde était à 1,25 million de kilomètres. Les professionnels ne seront peut-être pas les seuls à voir 2015 TB145. De magnitude 10, il sera en effet également visible dans les instruments d'astronomes amateurs aguerris.

Par ailleurs, l'objet est atypique, avec une orbite très elliptique et fortement inclinée par rapport à l'écliptique et une vitesse de 35 km/s par rapport à la Terre, ce qui suggère qu'il s'agit peut-être d'un morceau de comète. Après le passage près de la Terre, 2015 TB145 se rapprochera du Soleil jusqu'à en être plus près que Mercure puis retournera loin dans le Système solaire. Sans doute reviendra-t-il dans 30 ans, comme il a dû le faire vers 1985, en toute discrétion.

Une image obtenue avec le télescope Pan-Starrs-1. Une animation est visible sur le site de l'université d'Hawaï. © Pan-Starrs, Futura-Sciences

Comment surveiller les géocroiseurs ?

Comme ce passage se produira le jour d'Halloween, la Nasa ne se prive pas de médiatiser l'événement en parlant de citrouille, avec un succès manifeste. Par ailleurs, le programme Pan-Starrs, qui doit, à terme, comprendre quatre télescopes, est toujours en cours de réalisation et une telle annonce n'est sans doute pas mauvaise pour le dossier des demandes de financements. La Nasa, de son côté, prépare actuellement un projet d'envoi d’astronautes au-delà de l'orbite terrestre, justement vers un astéroïde.

Le phénomène nous rappelle aussi que la surveillance de l'espace proche n'est pas simple. Si les astéroïdes de plus d'un kilomètre sont relativement bien repérés, les plus petits sont plus discrets. Celui-ci, dont le passage survient une vingtaine de jours après sa détection, en témoigne. Pourtant, un corps de cette taille percutant notre planète aurait des effets dévastateurs.

Mais, tout de même, nos ancêtres mammifères ont résisté à l'impact d'un corps d'environ 10 km, qui a creusé un immense cratère de 150 km de diamètre à Chicxulub il y a près de 66 millions d'années, provoquant (semble-t-il) une extinction de masse et la disparition des dinosaures et des ammonites...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La Nasa veut envoyer des astronautes sur un astéroïde en orbite lunaire  Pour tester les technologies destinées à emmener des Hommes sur Mars, la Nasa veut les poser sur un morceau d'astéroïde préalablement capturé. Voici en vidéo une reconstitution d'un des projets les plus audacieux de l’agence spatiale américaine.