Mots-clés |
  • Astronomie,
  • météorite,
  • astéroïde,
  • Nasa,
  • radar

En image : l'astéroïde 2012 DA 14 a fait son show

Occulté par la chute d'une météorite qui a frappé l'Oural le 15 février au matin, le passage au plus près de la Terre quelques heures plus tard de l'astéroïde 2012 DA 14 a malgré tout été suivi par de nombreux astronomes.

Depuis l'observatoire australien de Siding Spring, un télescope automatique a enregistré la trace du passage de l'astéroïde 2012 DA 14 dans le champ de la nébuleuse qui entoure l'étoile Eta Carinae. © Nasa, MSFC, Aaron Kingery Depuis l'observatoire australien de Siding Spring, un télescope automatique a enregistré la trace du passage de l'astéroïde 2012 DA 14 dans le champ de la nébuleuse qui entoure l'étoile Eta Carinae. © Nasa, MSFC, Aaron Kingery

En image : l'astéroïde 2012 DA 14 a fait son show - 4 Photos

PDF

La Nasa ne cesse de le répéter sur son site : il n'y a aucun lien entre le corps qui a provoqué une pluie de météorites dans la région de Tcheliabinsk en Russie le vendredi 15 février vers 9 h 00 en heure locale, faisant plusieurs centaines de blessés, et le survol terrestre de l'astéroïde 2012 DA 14 le même jour dans la soirée. La preuve en est que les trajectoires des deux corps sont totalement différentes.

Une extraordinaire coïncidence qui nous a fait oublier ce qu’est ce géocroiseur : découvert en février 2012 par une équipe d'astronomes sur des images réalisées à l'observatoire de Majorque (OAM), 2012 DA 14 est à ce jour le plus gros astéroïde à être passé aussi près de notre planète.

En laissant filer les étoiles devant un téléobjectif installé sur pied fixe, on pouvait obtenir la trace des étoiles et celle de l'astéroïde 2012 DA 14. © Mohamed Laaïfat
En laissant filer les étoiles devant un téléobjectif installé sur pied fixe, on pouvait obtenir la trace des étoiles et celle de l'astéroïde 2012 DA 14. © Mohamed Laaïfat

Une activité sismique sur l’astéroïde 2012 DA 14 ?

Avec ses 50 m de diamètre et sa masse respectable estimée à 130.000 tonnes, 2012 DA 14 était à moins de 28.000 km de nous le 15 février à la verticale de l'Indonésie en début de soirée (20 h 25 en heure française), et s'est ensuite rapidement éloigné.

Ce visiteur a été suivi pendant quelques heures par plusieurs télescopes terrestres et le radar de Goldstone qui, depuis le désert de Mojave en Californie, a accumulé les relevés destinés à préciser la forme et les caractéristiques de l'astéroïde. Cet instrument a également tenté de mesurer une éventuelle activité sismique sur 2012 DA 14, fortement malmené par le champ gravitationnel terrestre.

Ces trois images montrent le déplacement de l'astéroïde 2012 DA 14 devant le fond du ciel étoilé. © E. Guido, N. Howes, Remanzacco Observatory
Ces trois images montrent le déplacement de l'astéroïde 2012 DA 14 devant le fond du ciel étoilé. © E. Guido, N. Howes, Remanzacco Observatory

Passage éclair pour 2012 DA 14

Pour les observatoires comme pour les astronomes amateurs, le défi consistait à capturer des images de cet astéroïde dont le déplacement rapide pouvait atteindre un degré apparent sur le ciel en trois minutes, l'équivalent de deux fois le diamètre de la Pleine Lune.

Depuis l'observatoire du pic du Midi, l'astronome François Colas de l'IMCCE (Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides) a réalisé une vidéo accélérée dans laquelle on observe le mouvement de l'astéroïde par rapport à celui de la voûte céleste. 2012 DA 14 étant assez lumineux pour être observable dans une simple paire de jumelles pendant la soirée du 15 février, certains astrophotographes amateurs l'ont également enregistré sans matériel astronomique.

2012 DA 14 est facile à retrouver : sur une pose de quelques minutes, son déplacement est différent de celui des étoiles. © A. Bezençon
2012 DA 14 est facile à retrouver : sur une pose de quelques minutes, son déplacement est différent de celui des étoiles. © A. Bezençon

Une pose de quelques minutes avec un téléobjectif pointé dans la bonne direction permettait de mettre en évidence les traces des étoiles (provoquées par la rotation de la Terre) et celle de l'astéroïde se déplaçant selon un autre axe. C'est ce qu'ont fait Mohamed Laaïfat depuis Caen et A. Bezençon en Suisse, ce dernier étant venu poster ses images sur notre forum d'astronomie. Enfin, joignant l'utile à l'agréable, un télescope automatique australien a même saisi le passage de l'astéroïde devant la nébuleuse de la Carène, l'un des joyaux de l'hémisphère austral.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires