Sciences

Phobos-Grunt : Roscosmos veut croire qu'il est possible de la sauver

ActualitéClassé sous :Astronautique , Phobos-Grunt , phobos

Depuis le lancement de Phobos-Grunt et sa perte de contrôle, l'Agence spatiale russe Roscosmos est restée discrète sur le sort de la sonde et l'avenir de la mission. Un silence que vient de rompre le chef de Roscosmos affirmant qu'il est encore possible de l'envoyer vers Mars.

À l'aide du réseau de surveillance de l'espace lointain de la Nasa, l'Agence spatiale russe a pu déterminer l'orbite de Phobos-Grunt. La sonde tourne en quelque 90 minutes sur une orbite avec un périgée de 208 kilomètres et un apogée de 333 kilomètres. © Nasa

Une semaine après le lancement réussi de Phobos-Grunt et son départ raté vers Mars et son satellite Phobos, on ne connaît toujours pas les raisons de cet échec et encore moins le sort de la sonde. Une absence de communication qui n'aide évidemment pas à y voir clair et qui peut inciter à échafauder des scénarios improbables. La série d'articles de Futura-sciences a pu être publiée à la suite d'entretiens avec Francis Rocard responsable de la thématique Système solaire au Cnes, Stefan Barensky, journaliste indépendant spécialiste du spatial russe et un contact en Russie.

Dans ce contexte, le chef de Roscosmos, Vladimir Popovkin, s'est exprimé hier sur l'avenir de la mission. Il a tenu à préciser qu'il était encore possible de la sauver. Concrètement, il fait le pari qu'une solution sera trouvée avant que ne se ferme la fenêtre de tir vers Mars et sa lune Phobos.

Un contact difficile

Aujourd'hui, on sait que la sonde est correctement pointée vers le Soleil.  Elle semble fonctionner normalement, à l'exception du bloc propulsif évidemment. Mieux encore, depuis dimanche les contrôleurs au sol sont en contact avec la sonde. Malheureusement, en raison de son orbite très basse, les sessions de communications ne peuvent durer que sept minutes, une durée bien faible même si un contact radio est vraiment établi.

Enfin, Vladimir Popovkin a également confirmé que si la sonde n'est pas reprise en main et envoyée vers Mars, elle finira par retomber sur Terre. Sa rentrée atmosphérique, prévue début janvier 2012, ne pourra pas être contrôlée. Néanmoins, elle ne devrait pas occasionner de dommages humain ou matériel. La date et son point de chute seront estimés plus précisément dès que Phobos-Grunt atteindra un périgée de 180 kilomètres.

Cela vous intéressera aussi