Le lancement de la navette Endeavour vers l'ISS n'aura pas lieu avant le 16 mai. La Nasa souhaite réaliser davantage d'essais pour comprendre la chaîne d'événements à l'origine de la panne électrique qui avait provoqué le report de la mission. © Nasa

Sciences

La navette Endeavour ne décollera pas avant le 16 mai

ActualitéClassé sous :Astronautique , STS-134 , navette spatiale

Initialement prévu le 29 avril, le lancement d'Endeavour a de nouveau été reporté de plusieurs jours et n'aura pas lieu avant le 16 mai. En cause, la panne d'un thermostat du mécanisme de chauffage des conduites de carburant d'un des trois turbogénérateurs (APU), qui a engendré des problèmes encore non résolus. Un report qui a poussé la Nasa à prolonger de deux jours la durée de la mission, qui passe ainsi à seize jours.

Pour la troisième fois, la Nasa a préféré reporter le lancement de la navette Endeavour, qui n'aura pas lieu avant le 16 mai. La panne électrique à l'origine du report initial a été détectée à l'intérieur d'un boîtier électronique Aft Load Controller Assembly, remplacé avec succès la semaine dernière. Situé à l'arrière de la navette, ce boîtier gère le circuit de chauffage de l'hydrazine que les trois unités de puissance auxiliaires (APU, Auxilliary Power Unit) utilisent comme carburant. Ces trois APU sont essentielles au fonctionnement de la navette. Redondantes entre elles, elles fournissent la pression hydraulique qui sert à manœuvrer les moteurs afin d'orienter la poussée, actionner les gouvernes (gouvernail de direction, élevons, etc.) ou encore déployer les trains d'atterrissage. Au moins un de ces trois APU est obligatoire pour faire fonctionner le système hydraulique du shuttle mais tous doivent être en parfait état de marche pour procéder au lancement.

Or, la Nasa ne s'explique toujours pas la chaîne d'événements qui a provoqué la panne électrique, trois heures avant le décollage. Des essais plus poussés sont indispensables pour s'assurer que tous les câblages et systèmes électriques qui dépendent de ce boîtier fonctionnent normalement.

Les six membres de l'équipage STS-134 dont l'astronaute italien Roberto Vittori de l'Agence spatiale européenne. © Nasa

Gabrielle Giffords aux côtés de son mari

Ce vingt-cinquième vol de la navette Endeavour doit livrer à l'ISS le détecteur de rayons cosmiques AMS, qui devrait nous éclairer sur la matière noire. Pour son dernier voyage dans l'espace, l'engin apporte également des pièces détachées, dont une borne électromécanique PDGF à installer sur le module russe Zarya afin de permettre au bras Canadarm2 d'atteindre la partie russe de l'ISS. La navette livrera également une caméra HD réalisée par Astrium pour le compte de l'Agence spatiale européenne.

Quant à l'équipage, il prend son mal en patience. Les astronautes qui le composent, dont l'Italien Roberto Vittori de l'Agence spatiale européenne (Esa), sont retournés à leur base à Houston pour poursuivre la préparation de la mission qui a été prolongée de deux jours (passant donc à seize jours). Enfin, on signalera la présence à Houston de la parlementaire Gabrielle Giffords, blessée par balle à la tête lors d'une fusillade en Arizona en janvier et épouse de Mark Kelly, commandant de bord d'Endeavour.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi