Sciences

Mars Express : dans près d'un mois arrivée sur Mars !

ActualitéClassé sous :Astronautique , mars , Les planètes

Mars Express est la première mission européenne d'envergure planétaire. À ce titre, l'Europe a décidé de mettre le cap sur la plus fascinante planète du système solaire : la planète Mars.

La sonde européenne développée et construite en seulement 4 ans, a ainsi été baptisée "Express". Les missions spatiales prennent en effet habituellement beaucoup plus de temps à se mettre en place. L'Agence Spatiale Européenne (ESA) illustre ici son dynamisme et sa soif de dévouverte. Mars Express est en effet une mission très ambitieuse qui aura notamment pour principal objectif de répondre aux questions fondamentales de la vie et de l'eau sur Mars, actuellement et dans le passé.

La sonde Mars Express emporte sur son dos l'atterrisseur britannique Beagle 2 qui se posera à la surface de Mars dans la région d'Isidis Planitia. Il y fera une série de mesures, de prélèvements d'échantillons et d'analyses pour apporter une réponse à la question de la vie sur Mars, l'atterrisseur pourra en effet détecter toute sorte d'activité biologique.

La préparation de l'atterrissage a déjà commencé !

Lundi, les moteurs d'appoint ont été mis à feu pour placer Mars Express sur une trajectoire de collision avec Mars. Actuellement, la sonde fonce à une vitesse vertigineuse droit sur la planète rouge. Cette manoeuvre est nécessaire car Beagle 2 n'est équipé d'aucun moyen de propulsion. Lorsqu'il sera largué par la sonde, une fois arrivé près de la planète, il devra impérativement rejoindre son site d'atterrissage : Isidis Planitia.
Mars Express prépare ainsi son coup à l'avance pour placer Beagle 2 à la surface de Mars.

En décembre, immédiatement après l'éjection de l'atterrisseur, la sonde allumera pour la première fois son moteur principal pour modifier sa trajectoire et éviter une collision fatale avec Mars.
Au sol, les contrôleurs de Beagle 2 se préparent eux aussi à l'atterrissage prévu sur Mars le soir du réveillon de Noël. Début Décembre, la sonde Mars Express effectuera une nouvelle correction de trajectoire, minime, pour bien se positionner dans le bon axe de "collision" avec Mars.
Enfin, le 19 Décembre selon les prévisions, des mécanismes pirotechniques seront mis à feu et Beagle 2 se détachera de Mars Express. Cinq jours plus tard, il abordera sa chute vertigineuse dans l'atmosphère martienne et se posera sur le sol de la planète.

Un voyage semé d'embûches

Durant sa croisière vers Mars, la sonde européenne a subi bien des déboires qui ont suscité à chaque fois l'émotion de l'équipe chargée de la mission.

Tout d'abord, lors d'un test de communication en Juillet dernier, les ingénieurs de l'ESA ont eu la mauvaise surprise de découvrir que la sonde n'utilisait que 70 % de l'énergie fournie par ses panneaux solaires.
John Reddie, directeur de vol à l'ESA a déclaré récemment que "la situation est toujours la même, le problème persiste mais il n'y a pas eu d'aggravation" ; d'autre part, il ajoute que "les ingénieurs travaillent toujours pour résoudre ce problème" contraignant.
Récemment, une solution alternative a été trouvée pour contrer ce problème énergétique comme nous vous l'annoncions. Reste à savoir si elle sera efficace une fois en orbite martienne.

Autre problème rencontré depuis peu par la sonde et son équipage : la récente tempête solaire (pour plus d'informations cliquer ici). Celle-ci a tout d'abord affecté les instruments de navigation de la sonde (navigateurs stellaires). Ils ont été aveuglés pendant 15 heures par le vent solaire, chargé en particules fortement énergétiques. Une fois la déferlante passée, tout est revenu à la normale, les instruments de navigations fonctionnent actuellement très bien. C'est une chance, car ces instruments sont crutiaux pour la mission : ce sont eux qui permettent à la sonde de savoir où elle se trouve dans l'espace inter-planétaire et de la guider droit vers Mars.

D'autre part, le passager de Mars Express, Beagle 2 a lui aussi été victime du vent solaire. Les ingénieurs de la mission doivent prochainement vérifier si le petit atterrisseur a bien résisté à la tempête solaire. Le manager de la mission Beagle 2, Mark Sims, assure : "Beagle 2 est conçu pour résister à de forts taux de radiations", cependant il rajoute que "les chances de trouver un disfonctionnement de Beagle 2 sont minces mais ne sont pas nulles"... L'équipe de la mission sera fixée lorsque l'alimentation en énergie de Beagle 2 sera activée la semaine prochaine. Lors d'une conférence de presse, Mark Sims a déclaré qu' "il ne (sera) pas heureux avant que nous mettions en marche Beagle 2 dans une semaine".

À chaque seconde, Mars Express se rapproche de son but, l'arrivée prévue dans 41 jours (crédit images : ESA).

Cela vous intéressera aussi