Dans la matinée du 19 décembre 2003, Mars Express doit, comme un joueur de rugby de haut niveau, "passer" Beagle-2 au joueur suivant : Mars. Le problème est que Beagle-2 n'a pas de système de propulsion autonome à son bord et ne peut donc pas modifier sa propre trajectoire.
Cela vous intéressera aussi

Équiper l'atterrisseur de fusées l'aurait rendu beaucoup trop lourd à transporter pour la sonde Mars ExpressMars Express. Au lieu de cela, les ingénieurs de l'ESOC (European Space Operations Centre) situé à Darmstadt, en Allemagne, orienteront précisément la sonde Mars Express pour qu'elle pointe Beagle-2 vers Mars. Tout repose sur le fait de larguer Beagle-2 au bon endroit et au bon moment.

Si Mars Express ne parvient pas à changer de trajectoire, elle rentrera en collision avec Mars le jour de Noël

Afin d'effectuer cette opération, Mars Express a suivi une trajectoire qui doit la mener au point d'aterrissage de Beagle-2. La mission tout entière est mise en danger, car cela signifie que Mars Express est effectivement sur une trajectoire de collision avec Mars.
Si rien n'est fait pour modifier sa trajectoire, Mars Express va percuter Mars le 25 décembre au lieu de se mettre en orbiteorbite autour d'elle
. Et pourtant rien ne peut être fait pour empêcher cette inévitable catastrophe avant que Beagle-2 n'ait été largué. En effet, toute modification de la trajectoire de la sonde avant ce largage conduirait à l'échec de cet atterrissage.

Lors de l'éjection, la sonde se contentera de libérer l'atterrisseur. Beagle-2 sera mise en rotation afin de rester stable puis repoussée le plus délicatement possible ; rien d'aussi spectaculaire que le lancement d'une fusée. Puis, et seulement à ce moment là, les ingénieurs pourront envoyer les ordres nécessaires pour que Mars Express allume son système de propulsion et modifie sa course afin de ne pas s'écraser à la surface de Mars.

Note L'atterrisseur britannique Beagle 2Beagle 2, baptisé ainsi en hommage au navire de Charles DarwinCharles Darwin en partance vers les îles Galapagos, est très léger : environ 30 kgkg lors de son arrivée sur Mars. Il comporte plusieurs instruments d'analyse : caméras, spectromètrespectromètre de massemasse, microscopesmicroscopes ainsi que des outils de recueil d'échantillons.

Un petit instrument baptisé "taupe" prélèvera ainsi des échantillons, en surface ou à quelques cm de profondeur, qui seront analysés sur place.

Vous pourrez bien évidemment suivre toute l'actualité de la sonde sur Futura-Sciences. Vous pouvez également discuter entre-vous et poser des questions sur notre forum astronautique.