La première des deux sorties extravéhiculaires de la mission STS-133 de Discovery s'est bien déroulée, malgré un problème technique. La déception du jour est que nous ne verrons jamais la photo de famille historique regroupant l'ISS et ses vaisseaux de ravitaillement : les Russes ne veulent pas prendre le risque et la Nasa ne sait plus le faire.
Cela vous intéressera aussi

Deux jours après l'amarrage de DiscoveryDiscovery, les astronautesastronautes de la NasaNasa, Stephen Bowen et Alvin Drew, sont sortis dans l'espace pendant 6 h 34 notamment pour préparer l'installation du module permanent PMM (Permanent Multipurpose Module), un des trois MPLM (Multi-Purpose Logistics Module) construits par Thales Alenia Space. Les deux hommes ont également effectué quelques modifications et autres réparations.

Enfin, ils ont allongé la « voie ferrée » installée sur la grande poutrepoutre, sur laquelle circulent les chariots CETA et le transporteur mobile (sur lequel est installée la base mobile canadienne qui supporte le Canadarm2).

Alvin Drew sortant du sas <em>Quest Airlock</em> lors de la première EVA de la mission. Ce module, également utilisé par les cosmonautes russes pour sortir dans l'espace, n'a pas été simple à concevoir car il doit s'adapter aux combinaisons différentes des Américains et des Russes. © Nasa

Alvin Drew sortant du sas Quest Airlock lors de la première EVA de la mission. Ce module, également utilisé par les cosmonautes russes pour sortir dans l'espace, n'a pas été simple à concevoir car il doit s'adapter aux combinaisons différentes des Américains et des Russes. © Nasa

En revanche, les astronautes n'ont pas pu transférer la pompe défaillante du système de refroidissement vers un espace de stockage. La mission de Discovery sera de ce fait prolongée d'une journée.

En fin de sortie, les astronautes ont ouvert une bouteille vide dans le cadre d'une expérience éducative japonaise qui avait pour objectif de rapporter un peu d'espace sur TerreTerre. La prochaine sortie est prévue dans la nuit de ce soir à mercredi.

L'Américain Bruce McCandless et son <em>Manned Maneuvering Unit</em> (MMU), plus communément appelé scooter de l'espace, réalisant un vol libre autour de la navette Challenger. C'était en 1984. Aujourd'hui, l'engin n'est plus en service. © Nasa

L'Américain Bruce McCandless et son Manned Maneuvering Unit (MMU), plus communément appelé scooter de l'espace, réalisant un vol libre autour de la navette Challenger. C'était en 1984. Aujourd'hui, l'engin n'est plus en service. © Nasa

Pas de photo historique

Finalement, les Russes ont opposé un avis négatif formel au souhait de la Nasa de faire voler un SoyuzSoyuz autour de la Station spatiale pour faire des photos du complexe orbitalcomplexe orbital et de tous ses moyens d'accès, amarrés dans une configuration exceptionnelle qui ne pourra jamais se reproduire. Pour justifier leur refus, les responsables russes de la mission expliquent que le Soyuz actuellement docké est une nouvelle version entièrement numériquenumérique et encore en phase d'essai.

Pour la petite histoire, on signalera que la Nasa aurait pu réaliser cette photo si elle avait maintenu en service ses scooters de l'espace dignes de James Bond ou poussé plus en avant son prototype de caméra autonome capable d'un vol libre dans l'espace (AerCam Sprint).