Après avoir utilisé une Caravelle, Novespace exploite depuis 1996 un Airbus A300, aujourd’hui le plus gros appareil zéro g du monde. Avec une surface d'expérimentation de 100 m2, correspondant à un volume de 300 m3, l'intérieur de l'A300 est bien plus grand que celui de la Caravelle ou même de ses concurrents américains (KC-135) et russes (Illiouchine-76). Il sera une nouvelle fois présenté au grand public, lors du Salon du Bourget du 20 au 26 juin. © Rémy Decourt

Sciences

Gravités martienne et lunaire sur Terre grâce aux vols paraboliques

ActualitéClassé sous :Astronautique , vols paraboliques , CNES

Novespace, pour le compte du Cnes et des Agences spatiales allemande et européenne, s'apprête à réaliser une campagne de vols paraboliques dont l'objectif est de tester en apesanteur des expériences dans des domaines aussi variés que la connaissance humaine ou l'exploration robotique.

Le 7 juin 2011 commencera à Bordeaux la toute première campagne en Europe de vols paraboliques destinés à simuler les conditions de gravité partielle ressenties sur la Lune et sur Mars. Elle est organisée par Novespace pour le compte du Cnes, de l'Agence spatiale allemande (DLR) et de l'Agence spatiale européenne (Esa).

Treize expériences étudieront la santé humaine, la préparation de la mission ExoMars ou encore l'utilisation de la console de jeu Wii de Nintendo pour le contrôle de l'équilibre en gravité réduite. Les participants étudieront aussi, notamment, le fonctionnement du cerveau lorsqu'il contrôle un geste en gravité réduite. Dans le domaine de la mécanique des fluides, une expérience reproduira le comportement des ergols dans les étages supérieurs de lanceurs futurs, afin de mieux le prédire.

Pendant trois jours (les 7, 8 et 9 juin 2011), l'Airbus A300 Zéro-G effectuera une série de trois vols consécutifs. Chacun de ces vols offrira, en tout, 12 minutes de pesanteur partielle à l'intérieur de l'appareil, par tranches d'une vingtaine de secondes. Cette situation exposera les passagers à une pesanteur de 0,16 g (celle de la Lune) et de 0,38 g (celle de Mars).

À l'intérieur de l'Airbus A300 Zéro-G pendant la phase de micropesanteur. Ces hommes volants sont en train de travailler. Ils ont 22 secondes devant eux. © Novespace

Des vols paraboliques pour des expériences scientifiques

Pour certaines expériences à réaliser en micro ou faible gravité qui ne nécessitent pas d'être exposées trop longtemps à cette gravité, les vols paraboliques sont devenus un moyen essentiel d'accès, bien moins coûteux et réclamant moins de temps de développement que l'utilisation de fusées sondes, de capsules récupérables ou encore d'expériences menées à bord de la Station spatiale internationale.

Initialement utilisés pour l'entraînement des astronautes, les vols paraboliques sont aujourd'hui principalement employés pour des essais technologiques d'équipements spatiaux et des expériences scientifiques. Cette ouverture au monde scientifique et au secteur privé est encouragée par Jean-François Clervoy, ancien astronaute de l'Esa et P-DG de Novespace. Récemment interviewé, il nous avait expliqué vouloir ouvrir les vols paraboliques au grand public et avoir entamé des démarches administratives dans ce sens.

Cela vous intéressera aussi