Un cargo russe Progress lancé pour ravitailler la Station spatiale internationale s’est écrasé quelques minutes après son lancement, le mercredi 24 à 15 h 00 (TU) du cosmodrome de Baïkonour. En onze ans et quarante-trois vols à destination de l’ISS, c’est son premier échec.
Cela vous intéressera aussi

L'Agence spatiale russe Roscosmos a confirmé l'échec du lancement d'un cargo Progress à destination de la Station spatiale internationale, qui devait apporter des fluides et du fret.

D'après les informations disponibles mercredi soir, après un décollage sans histoire du cosmodrome de BaïkonourBaïkonour, le système de propulsion du troisième étage du lanceur Soyouz U serait tombé en panne à la 325e seconde. Il n'aurait pas fonctionné suffisamment longtemps pour que le cargo Progress atteigne l'orbiteorbite qui lui aurait permis de quitter la TerreTerre et de rejoindre l'ISS. Il est retombé au sol en s'écrasant sur le territoire russe, sans faire de victimes ni de dégâts.

Série noire en cours

Pour la Russie, il s'agit du quatrième échec en huit mois et du sixième satellite perdu. La perte de trois satellites de la constellationconstellation Glonass (décembre 2010) et du satellite d'observation de la Terreobservation de la Terre en 3D Geo IK2 (février 2011) a coûté la place d'Anatoly Perminov, forcé à démissionner de son poste de directeur de Roscomos, remplacé par Vladimir Popovkine.

Quant aux six occupants de la Station spatiale internationale, ils n'ont pas de soucissoucis à se faire. Ils ont suffisamment de réserves pour tenir jusqu'au début de l'année prochaine, la Station spatiale ayant été réapprovisionnée lors du dernier vol d’une navette, en juillet dernier. D'autre part, bien que cet échec puisse avoir des conséquences sur le planning des vols habités, les trois astronautesastronautes qui devaient redescendre sur Terre le 8 septembre, resteraient à bord de l'ISS jusqu'à la fin du mois d'octobre le temps que la Russie règle les problèmes de ses lanceurs.

Quant à l'équipage qui devait remplacer celui descendant, son lancement est reporté à une date indéterminée. Si nécessaire, la Station pourrait fonctionner avec un équipage réduit à trois personnes avec comme seule conséquence une activité scientifique réduite.

Signalons que cet incident intervient après que les États-Unis ont mis fin à l’utilisation des navettes, laissant à la seule Russie le monopole des vols habités vers l'ISS. Le transport de fret pouvant être également assuré par le véhicule ATV de l'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne et l'HTV des Japonais.