Les États-Unis mettent 70,6 millions de dollars sur la table par siège de Soyouz. C’est le nouveau prix négocié avec la Russie pour la rotation des équipages américains à bord de la Station spatiale en 2016 et au cours des six premiers mois de 2017.
Cela vous intéressera aussi

La baisse du financement du partenariat public-privé auquel participe la NasaNasa pourrait retarder la mise au point d'un système de transport spatial habité, prévu en 2015. Dans ce contexte d'incertitude, la Nasa a été contrainte de signer un nouveau contrat de lancement avec l'agence spatiale russe pour sécuriser son accès à la Station spatialeStation spatiale jusqu'en juin 2017. Le précédent contrat s'arrêtait en décembre 2015. La Nasa a pris sa décision aujourd'hui, en raison d'un délai de trois ans nécessaire pour construire une nouvelle capsule SoyouzSoyouz, et pour tenir compte de l'agenda très chargé de ces engins qui transportent également les astronautes canadiens, européens et japonais.

La Nasa va donc signer un chèque de près de 424 millions de dollars pour le transport à bord de la Station spatiale internationale de six astronautesastronautes américains entre 2016 et juin 2017. Ce contrat couvre également les différentes activités préparatoires à ces vols, comme l'entraînement aux procédures de lancement et d'atterrissage et l'inévitable stage de survie.

Pour 2017, le prix du voyage en Soyouz sera désormais facturé 70,6 millions de dollars par personne, soit une augmentation de 5,6 millions de dollars par rapport au coût actuel, et de plus de 20 millions pour la période 2011-2012. Le voyage était alors facturé quelque 50 millions de dollars. Le coût était de 26,3 millions de dollars au moment du retrait de la navette spatiale de la Nasa. Une hausse que justifie la Russie par la constructionconstruction de nouveaux vaisseaux modernisés, rendus nécessaires par l'augmentation de la cadence des vols de Soyouz, en raison du retrait des navettes. Surtout, cette situation l'empêche de développer son offre commerciale auprès de richissimes passagers privés.