Sciences

Arianespace termine une année record

ActualitéClassé sous :Astronautique , Arianespace , CSG

-

En 2009, Arianespace, leader incontesté pour les lancements commerciaux, va voir arriver en 2010 deux nouveaux lanceurs, Soyouz ST et Vega, qui complèteront son offre de service. Cette année marque également le trentième anniversaire d’Arianespace, créée trois mois après le premier lancement d'une Ariane, en décembre 1979.

Jean-Yves Le Gall : « Nous abordons 2010 confiants avec de sérieux atouts mais avec quelques incertitudes vis-à-vis de la crise économique et une surcapacité de l’offre de lancement. ». © Futura-Sciences / R. Decourt

En 2009, Arianespace a établi un nouveau record en effectuant 7 lancements et mettant en orbite 12 satellites, répondant ainsi à des demandes très variées. Elle a ainsi lancé le plus gros satellite commercial jamais mis en orbite (TerreStar-1, juillet 2009), les satellites scientifiques de l'Agence spatiale européenne Herschel et Planck (mai 2009) et le satellite militaire Helios-2B pour le compte du ministère de la Défense français (décembre 2009).

Cette polyvalence, doublée d'une fiabilité et d'une disponibilité, font d'Arianespace le leader incontestable du marché des lancements commerciaux. L'entreprise, il est vrai, profite des déboires de ses concurrents. La société Sea Launch a été mise sous la protection du Chapitre 11 et les performances et la disponibilité du Proton russe restent en deçà des capacités d'Ariane 5.

Quant aux lanceurs chinois, ils sont soumis aux règles Itar de l'administration américaine qui restreignent l'exportation et la vente de matériels et de composants sensibles (comprendre défense et hautes technologies) construits aux Etats-Unis vers les pays figurant sur la liste de pays proscrits de Washington, dont fait partie la Chine. Autrement dit, la Chine ne peut lancer que des satellites dits Itar-free.

Depuis 2008, une meilleure utilisation d’Ariane 5 a permis un gain de performance de 400 kg passant, pour le lancement double, de 8,7 à 9,1 tonnes. Cela montre les capacités des équipes au sol à exploiter au mieux un lanceur qu’elles maîtrisent parfaitement. L’image montre le lancement des satellites Herschel et Planck (V188, mai 2009). (Cliquez sur l'image pour l'agrandir.) © R. Decourt / Futura-Sciences

De nouveaux lanceurs en 2010

D'après Jean-Yves Le Gall, PDG, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse, en 2010, Arianespace vise un nouvel objectif de 7 lancements d'Ariane 5 dont celui du deuxième Véhicule de transfert automatique (ATV) à destination de la Station spatiale, de plusieurs vols de Soyouz depuis Baïkonour et des premiers tirs de Vega et du Soyouz ST depuis Kourou. Concernant la fusée russe, son premier tir est prévu pendant l'été pour emporter le satellite Hylas de l'opérateur britannique Avanti communications.

Arianespace va désormais combiner trois lanceurs : Ariane 5, Soyouz ST (une version destinée aux lancements au CSG) et Vega, un petit lanceur de construction internationale. Cette gamme va lui permettre de lancer tous les satellites de ses clients, ce qui n'est pas possible avec Ariane 5 qui ne peut embarquer des satellites de petites tailles. Depuis Kourou, Soyouz sera capable d'emporter en GTO des satellites jusqu'à 3,1 tonnes. Il est également parfaitement dimensionné pour l'emport de satellites d'observation et de charges utiles scientifiques.

Le premier lancement du Soyouz depuis le Centre spatial de Kourou est prévu en juillet 2010. Les travaux d’intégration du portique mobile, qui avaient tardé à démarrer, ont finalement débuté en novembre 2009. A l’image, le pas de tir Soyouz au Centre Spatial Guyanais. © R. Decourt / Futura-Sciences

A ce jour, Arianespace a commandé 14 lanceurs à l'industrie spatiale russe. Quant à Vega, il a été conçu à la demande des clients d'Arianespace pour le lancement de petits satellites ce qui lui permettra d'accéder aux orbites basses et héliosynchrones. On peut s'attendre à ce que ce petit lanceur s'impose rapidement sur son marché.

Au plan commercial, 2009 a été une très bonne année. Arianespace a été choisie par l'Union européenne pour le lancement de la totalité de la constellation Galileo et signé 16 contrats, dont 5 pour le Soyouz au Centre Spatial Guyanais (CSG). Ce marché correspond à plus de 50% des satellites ouverts à la concurrence. Au total, son carnet de commandes lui assure trois années d'activités avec 29 satellites à lancer en GTO, 6 ATV et 12 lancements Soyouz.

Cependant, la crise économique a limité le nombre de contrats de lancement signés en 2009. Bien que les opérateurs les plus importants ne soient pas touchés et poursuivent leur développement, les difficultés liées à l'obtention de crédits ont conduit plusieurs nouveaux entrants à geler leurs projets. A suivre donc...

Pour 2010, sur les 34 contrats attendus, seuls 25 seront ouverts à la concurrence. Arianespace souhaite en gagner au moins 50%.

Ariane 5 est le champion du monde incontesté des lanceurs lourds. Il a établi de nouveaux standards de fiabilité, de disponibilité et de compétitivité. 42 lanceurs Ariane 5 ECA sont actuellement en production chez Astrium. © R. Decourt / Futura-Sciences

30 ans de succès

2010 marque également le trentième anniversaire d'Arianespace. « 30 ans de succès » comme l'a rappelé Jean-Yves Le Gall. Depuis sa création, trois mois après le lancement de la première Ariane (décembre 1979), Arianespace a lancé 277 satellites au moyen de 193 lanceurs pour 73 clients, ce qui représente plus de la moitié des satellites commerciaux actuellement en service dans le monde. Pour la seule Ariane 5, 49 exemplaires ont été lancés dont 35 d'affilée depuis 2003 sans échec, une performance rare...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi