Quelques conseils pour apprécier les repas de fêtes de fin d'années. © k2photostudio, Fotolia

Santé

Repas de fêtes : conseils et astuces pour bien digérer

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , repas , repas de fête

Les repas des fêtes de fin d'année sont souvent synonymes d'excès de nourriture et d'alcool. Toutefois, un réveillon sans indigestion c'est possible, nous explique la diététicienne Solveig Darrigo-Dartinet.

Quelques astuces de la diététicienne Solveig Darrigo-Dartinet pour passer des fêtes de fin d'année en pleine santé !

La veille des repas de fête, recommandez-vous une diète particulière ?

Soyez un peu plus vigilants durant les deux ou trois jours qui précèdent. Veillez à modérer votre consommation de graisses et favorisez les aliments riches en fibres. Vous préparerez ainsi le tube digestif aux excès à venir. Potages et compotes notamment, mais aussi crudités. Vous pouvez manger des féculents, des pâtes et du riz mais en limitant les quantités. Ce n'est pas le moment de vous lancer dans des spaghettis à la bolognaise, par exemple... Les repas de réveillon sont souvent riches en graisses, et à ce titre plus difficiles à digérer. L'organisme doit être prêt à affronter cette « tempête » saisonnière.

Y a-t-il des aliments à éviter lors des repas de Noël et de la Saint-Sylvestre ?

Le mélange alcool-matières grasses est un « binôme » catastrophique... mais difficilement évitable ! Sachez cependant que lors de la digestion, graisses et alcool sont engagés dans un véritable duel. L'organisme n'est pas habitué à digérer l’alcool en grande quantité. Et pour le faire, il doit d'abord le dégrader en sucres, ensuite stockés sous forme de graisse. Du coup, pendant qu'il digère l'alcool, il ne brûle pas les graisses et... il les stocke ! Pour la boisson, préférez un bon vin ou un champagne plutôt que des alcools forts. Et limitez si possible votre consommation à deux verres par repas, quatre au maximum.

Huîtres et champagne au menu des réveillons. © JPC-PROD, fotolia

Quant aux matières grasses, les plats traditionnels de Noël les mettent à l'honneur : foie gras, huîtres et pain beurré, chapon, magret... Apprenez à choisir. Vous pouvez prévoir des portions « XXS » en recourant aux verrines, bouchées et autres cuillères-portion, heureusement à la mode. Si au contraire vous privilégiez un repas traditionnel avec des portions familiales, ne chargez pas vos convives de l'entrée au dessert. Si vous ne voulez pas sacrifier au plaisir de la bûche et de sa crème au beurre, privilégiez une entrée fruits de mer... sans mayonnaise !

Quels écarts pour les femmes enceintes ?

Allez, c'est la fête pour tout le monde, mais avec raison ! D'abord, le principe « zéro alcool » n'est pas négociable ! Il faut arrêter de se dire qu'un seul verre, pour « faire la fête », n'est pas nuisible. C'est faux. Un verre suffit à mettre votre enfant en danger. Pour le reste, sachez que les aliments gras accentuent le risque de nausées. Les fruits de mer cuits sont autorisés, sans souci : langouste, homard, coquilles Saint-Jacques, n'hésitez pas. En revanche les produits crus, le saumon en carpaccio ou en tartare, les huîtres, sont interdits !

Solveig Darrigo-Dartinet a publié de nombreux ouvrages de diététique. L'alimentation-santé, j'ai choisi ! aux éditions Solar est l'un de ses derniers en date (2016).

Source : Interview de Solveig Darrigo-Dardinet, diététicienne, par Destination Santé (6 novembre 2009).

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi