Le Ginkgo biloba prolifèrerait sur notre planète depuis 270 millions d'années. © Olgakorica, Adobe Stock

Santé

Le Ginkgo biloba : des bienfaits pour la mémoire ?

Question/RéponseClassé sous :médecine , ginkgo biloba , mémoire

Arbre panchronique, le Ginkgo biloba prolifèrerait sur notre planète depuis 270 millions d'années. Beaucoup de vertus lui sont conférées empiriquement. Mais son évaluation par le biais de la méthode scientifique arrive-t-elle aux mêmes conclusions ? 

Au sein des pratiques douces et des médecines dites traditionnelles -- qui ne reflètent en réalité que des indications thérapeutiques hasardeuses basées sur des théories non démontrées jusqu'à présent --, le Ginkgo biloba rencontre un franc succès, surtout en ce qui concerne les troubles neuropsychiatriques et les performances cognitives. Mais lorsqu'il passe par la case randomisation et double aveugle, le Ginkgo biloba ne possède pas tous les effets prometteurs qu'on lui accordait.

De quoi parle-t-on ? 

Le Ginkgo biloba est considéré comme un « fossile vivant ». Charles Darwin emploie lui-même ce terme pour le décrire dans son célèbre ouvrage De l'origine des espèces. En fait, on parle de fossile vivant car l'espèce actuelle présente des traits morphologiques très proches des espèces éteintes. Son apparition remonterait à 270 millions d'années, soit 30 à 40 millions d'années avant celle des dinosaures.

Dans les médecines traditionnelles, on lui confère toutes sortes de vertus. Cependant, au sein de la médecine fondée sur les preuves, on préfère évaluer une thérapeutique de façon méthodique et rigoureuse afin d'éviter les biais et de mesurer la balance bénéfice-risque. Pour cela, on utilise généralement la randomisation et le double aveugle. 

Le Ginkgo biloba de Dynveo peut être utilisé en complément des traitements dans plusieurs pathologies après avoir demandé un avis médical. © Nixki, Adobe Stock

De quelles preuves dispose-t-on ?

Une revue systématique a été publiée dans le journal Evidence Base of Traditionnel Medicine. Elle rassemble toutes les études sérieuses conduites à ce jour pour évaluer l'effet du Ginkgo biloba dans les maladies neuropsychiatriques. Et les chercheurs arrivent à la conclusion, après avoir couplé et analysé l'ensemble des résultats, que le Ginkgo biloba peut être utilisé en complément des traitements dans plusieurs pathologies telles que les troubles déficitaires de l'attention et de l'humeur, la démence, l'anxiété et la schizophrénie

Dans une autre méta-analyse publiée dans la revue Human Psychopharmacology, le Ginkgo biloba fait un flop total. Il n'aurait aucun effet mélioratif sur la mémoire, la fonction exécutive ou bien encore sur l'attention, en somme sur toutes les capacités cognitives classiques. 

Rappelons que plusieurs usages sont à distinguer. On peut consommer la feuille du Ginkgo (généralement sous forme de tisane), des compléments alimentaires à base de feuilles de Ginkgo en poudre ou encore de l'extrait de Ginkgo purifié en complément alimentaire également. Dans toutes ces études, c'est l'extrait purifié de Gingko qui est étudié. Les preuves d'efficacité ne valent donc que pour ce dernier. Enfin prudence, cet extrait est considéré cancérigène avéré chez l'animal et cancérigène possible (groupe 2B) chez l'Homme par le Centre International de la Recherche sur le Cancer (CIRC). 

  • Le Ginkgo biloba est un arbre qui habiterait sur notre Planète depuis 270 millions d'années.
  • Ses effets sur la mémoire sont inexistants tandis qu'il pourrait être légèrement efficace en adjuvant des traitements de certains troubles neuropsychiatriques.
  • Son extrait est classé cancérigène possible par le Centre international de la recherche sur le cancer.
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !