La déshydratation peut être fatale. © Yanalya, Freepik
Santé

Quels sont les causes et symptômes de la déshydratation ?

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , Cellules , médecine
 

[EN VIDÉO] Quelle est la quantité d'eau dans le corps humain ?  Réponse à cette question : cela dépend ! La proportion diminue au cours de la vie, depuis les 80 % du fœtus jusqu'aux 50 % de la personne âgée. Entre les deux, la femme adulte en retient environ 55 % et un homme plutôt 60 %. Et à l'intérieur du corps, la quantité varie largement selon les tissus. 

Si vous avez déjà eu soif, alors vous avez déjà été déshydraté. La soif n'est que le premier signal de la déshydratation. Mais mal prise en charge, l'issue d'une déshydratation peut être fatale.

Parce que son corps d'adulte en est composé à 60 % mais ne peut pas la stocker, l'eau est vitale pour l'Homme. L'eau remplit de nombreuses fonctions essentielles au maintien de l'homéostasie et à la vie. Ainsi, il est essentiel de veiller à assurer les apports en eau pour éviter la déshydratation, qui peut avoir des effets désastreux.

L'eau circule à travers le corps en un cycle ininterrompu et n'est jamais stagnante. Ce qui est éliminé doit être compensé. Et l'Homme perd en moyenne deux litres d'eau par jour : 0,5 litre par transpiration et perspiration (diffusion de vapeur d'eau à travers les couches cornées de l'épiderme), 0,5 litre par la respiration, et un litre par les urines. Pour compenser ces pertes, il est souvent préconisé d'absorber en moyenne deux litres d'eau chaque jour : 1,5 litre par la boisson et 0,5 litre par les aliments. 

Ces chiffres sont cependant des moyennes qui dépendent de nombreux facteurs, comme la corpulence, l'âge, ou encore l'activité physique. Si l'eau représente 60 % du poids corporel d'un adulte, cette moyenne s'élève à 70 % chez un enfant et 55 % chez une personne âgée. Elle va également être influencée par la composition du corps en graisse ou en muscle : si le tissu adipeux est composé à 10 % d'eau, le muscle l'est à 75 %. Ainsi, plus une personne sera musclée, plus l'eau représentera une proportion importante de son poids, et plus ses besoins en eau seront grands. 

La déshydratation : un déséquilibre entre pertes et apports en eau 

Si l'équilibre est rompu, c'est-à-dire que les pertes sont supérieures aux apports en eau, le corps se déshydrate. Si l'Homme perd 2 % de son eau, il ressent alors le besoin de boire. À 10 % de perte, la peau se rétracte et la personne déshydratée peut subir des hallucinations. La déshydratation peut être mortelle si les pertes en eau atteignent 15 %.

La déshydratation résulte d'un déséquilibre entre apports et pertes en eau : en d'autres termes, la personne déshydratée ne boit pas assez d'eau, en élimine trop, ou les deux. Les origines d'une trop grande perte en eau peuvent être nombreuses : diarrhée, transpiration excessive, brûlures, prises de médicaments diurétiques (qui augmentent la production d'urine) ou laxatifs, prise d’alcool (qui a des effets diurétiques), ou encore certaines maladies chroniques.

L'eau est un élément indispensable au corps humain. Boire régulièrement, sans attendre de ressentir la soif, permet d'éviter une déshydratation. © rcfotostock, Fotolia

Les symptômes de la déshydratation, modérée ou sévère

Le premier symptôme de la déshydratation est naturellement la soif. Elle peut s'accompagner d'une sensation de bouche sèche. Afin de limiter au maximum les pertes d'eau, le corps va diminuer sa transpiration et sa production d'urine. Si la perte d'eau n'est pas rapidement compensée et que la déshydratation continue, les symptômes risquent d'empirer.

Lorsque le volume d'eau dans le corps diminue, celui du sang aussi, ce qui fait chuter la tension artérielle. Pour pallier ce problème, l'eau contenue dans les cellules va passer dans le compartiment extracellulaire et dans le sang pour y maintenir un volume le plus normal possible. Bémol : les cellules vont alors se recroqueviller et dessécher. Et lorsque ce système ne suffit plus à maintenir le volume sanguin, des chutes de tension peuvent survenir, entraînant malaises voire évanouissements.

Quand la déshydratation devient sévère, les signes cliniques incluent des maux de tête, des cernes, une peau qui manque de souplesse (un pli apparaît sur la peau lorsqu'on la pince), des lésions des organes internes, trop peu irrigués. Ces lésions peuvent devenir irréversibles si la déshydratation perdure. Une personne gravement déshydratée peut ressentir une confusion, des hallucinations, une intense fatigue ou au contraire de l'agitation. Les cas les plus graves peuvent se solder par un coma ou la mort du patient.

Les personnes âgées et les bébés, plus vulnérables à la déshydratation

Si les personnes âgées sont plus à risque face à la déshydratation, c'est parce qu'elles ressentent la soif plus tardivement. Du côté des bébés, l'eau représente une plus grande proportion de leur organisme (environ 70 %). Une perte d'eau à volume égal sera donc plus significative pour le poids corporel d'un nourrisson. 

Il convient donc de veiller à la bonne hydratation des personnes à risque - particulièrement en période de forte chaleur, lorsque la transpiration et donc les pertes en eau sont plus importantes.

Une déshydratation légère peut être soignée en buvant suffisamment d'eau. Si les pertes en eau sont dues à des diarrhées, vomissements ou transpiration excessive, la personne déshydratée sera également en carence de sels minéraux qu'il faudra compenser. 

Des solutions d'hydratation (vendues en pharmacie), des boissons pour sportifs, du bouillon de légumes ou de l'eau sucrée peuvent répondre à ce problème. Une déshydratation plus sévère est une urgence et nécessitera une consultation rapide pour éviter les complications.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !