La Covid-19 longue est rare mais possible chez l'enfant. © Imgorthand, Getty Images
Santé

La Covid-19 longue est-elle possible chez les enfants ?

Question/RéponseClassé sous :Coronavirus , enfant , Covid-19

[EN VIDÉO] Coronavirus : les enfants ont-ils un meilleur système immunitaire face à la Covid-19 ?  Une nouvelle étude de cas suggère que les enfants seraient capables de développer des anticorps solides contre le coronavirus sans contracter une forme grave de la maladie. 

La Covid-19 longue est de mieux en mieux connue chez les adultes. Cette forme persistante de l'infection est-elle possible chez les enfants et les adolescents ?

La forme longue de la maladie à Covid-19 a été assez rapidement identifiée. Dès la fin de la première vague épidémique, les médecins ont constaté chez des patients une convalescence qui s'éternisait. Les personnes concernées présentent plusieurs symptômes qui peuvent fluctuer et qui représentent un handicap pour la vie quotidienne. La Covid-19 longue concerne plus de 20 % des adultes contaminés après cinq semaines et plus de 10 % des patients après trois mois. Un an après l'infection, près de 40 % des adultes auraient encore au moins un symptôme.

En ce qui concerne les enfants, l'infection par le SARS-CoV-2 est généralement asymptomatique ou bénigne. Néanmoins, des formes longues ont aussi été décrites, de façon beaucoup plus rare que chez l'adulte.

À quelle fréquence survient la Covid-19 longue chez l’enfant ?

Une méta-analyse portant sur 14 études internationales s'est penchée sur la question -- pour rappel, une méta-analyse est une méthode permettant l'analyse combinée de données issues d'études indépendantes. Celle-ci a permis de rassembler les informations des dossiers de 19.426 enfants. Les résultats montrent que 2 à 5 % de enfants seraient concernés par la forme longue de l'infection au SARS-CoV-2. Plus les enfants sont jeunes et plus les formes longues de la Covid-19 sont rares.

Une adaptation du temps scolaire peut être bénéfique en cas de Covid-19 longue chez l'enfant. © Halpoint, AdobeStock

Quels sont les symptômes ?

Toujours selon cette même méta-analyse, les symptômes les plus couramment décrits lors d'une Covid-19 longue chez l'enfant sont les maux de tête, la fatigue, les troubles du sommeil, des difficultés de concentration et des douleurs abdominales. Ces symptômes sont peu spécifiques de l'infection : ils pourraient aussi être secondaires à la situation anxiogène vécue par les enfants, notamment dans la période où des écoles et des classes étaient fermées. Il est par ailleurs intéressant de souligner que, si des facteurs de risques de Covid-19 longue ont clairement pu être identifiés chez les adultes, cela n'a pas pour le moment pas été le cas chez les enfants.

Par ailleurs, avant de conclure à une Covid-19 longue, il faut éliminer tout autre diagnostic possible. Pour cela, le médecin procédera à un examen clinique rigoureux et prescrira des bilans si nécessaire. Les symptômes cités plus haut peuvent évoquer d'autres maladies comme une maladie auto-immune, une maladie inflammatoire, une pathologie thyroïdienne, un diabète ou une autre infection.

Combien de temps durent les symptômes ?

En cas de Covid-19 longue avérée chez l'enfant, les symptômes peuvent durer au moins jusqu'à douze semaines selon les données disponibles. Nous ne disposons pas d'études sur des durées plus longues.

Quelles sont les causes de la Covid-19 longue ?

Les mécanismes physiopathologiques à l'origine d'une forme prolongée de la Covid longue chez l'enfant n'ont pas clairement été identifiés pour le moment. Un syndrome a en revanche déjà été décrit, celui de fatigue chronique post-infectieuse. Il pourrait être lié à des concentrations élevées de cytokines pro-inflammatoires.

Quels sont les traitements ?

Le traitement de ces patients est nécessaire afin de minimiser le retentissement des symptômes sur la vie quotidienne de l'enfant et de sa famille. La prise en charge multidisciplinaire se base sur celle du syndrome de fatigue chronique.

Celle-ci peut comprendre :

  • une rééducation à l'effort, grâce à un kinésithérapeute ;
  • une aide à la régulation du sommeil : heures de coucher fixe, limitation du temps d'écran ;
  • un soutien psychologique : l'apparition de ce type de symptômes est souvent source de stress pour l'enfant et sa famille. Des méthodes comme la relaxation, la sophrologie, la méditation peuvent être proposées ;
  • une adaptation du temps scolaire ;
  • des traitements médicamenteux : antalgiques, psychotropes dans les formes les plus sévères.

Quel est le pronostic ?

Le pronostic est plutôt bon à moyen terme, voire à court terme.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !