Santé

La colonne vertébrale (ou rachis) et ses ligaments

Dossier - Le mal de dos à la loupe
DossierClassé sous :médecine , dos , colonne vertébrale

-

Le mal de dos peut venir de déformations de la colonne vertébrale, d'os usés, d'un nerf pincé… Le point sur les différentes maladies du dos et conseils pour s’en prémunir.

  
DossiersLe mal de dos à la loupe
 

C'est grâce à elle que l'on peut se mouvoir, se pencher pour ramasser un objet ou tout simplement s'assoir. La colonne vertébrale, à la fois très solide et particulièrement mobile, constitue le fondement du squelette de l'Homme, le seul animal qui parvient aujourd'hui à vivre debout.

Massage relaxant pour le mal de dos. © Sheff - Shutterstock
La colonne vertébrale, avec à droite ses quatre courbures et à gauche (de haut en bas) le rachis cervical, le rachis thoracique, le rachis lombaire, le sacrum et le coccyx. © Wikicommons/Kaudris

Description de la colonne vertébrale

Une colonne vertébrale, ou rachis, ce sont d'abord de petits os reliés entre eux, les vertèbres. Au total, chez l'adulte, la colonne vertébrale dans son ensemble mesure en moyenne 70 cm.

Loin d'être droit comme un I, le rachis est au contraire tout en courbes. Quand on le regarde de face, il doit effectivement être parfaitement vertical. De profil, en revanche, on remarque 4 courbures.

  • La lordose cervicale : les vertèbres cervicales sont légèrement incurvées vers l'intérieur.
  • La cyphose dorsale : ces vertèbres sont légèrement incurvées vers l'extérieur.
  • La lordose lombaire : c'est la fameuse cambrure au niveau des reins.
  • Le sacrum et le coccyx, soudés, sont incurvés vers l'extérieur.

Le rachis ne tient évidemment pas droit tout seul. Il est relié au reste de notre squelette en de multiples points.

Il soutient, on l'a vu, le crâne, via l'articulation du craniocervicum.

Celle-ci constitue également un point d'attache pour nos 12 paires de côtes qui, avec les vertèbres et le sternum, forment la cage thoracique.

Plus bas, elle est reliée à l'os iliaque de la hanche, ce qui permet ensuite de répartir le poids qui pèse sur la colonne vertébrale sur les hanches puis sur chaque jambe.

Disques, ligaments et nerfs complètent la structure

Le rachis n'est pas qu'une succession d'os reliés entre eux. D'autres éléments viennent consolider cette structure.

Entre chaque vertèbre, on trouve un disque intervertébral. C'est un cartilage, dont le rôle est non seulement de permettre la mobilité entre les deux vertèbres mais aussi d'absorber les chocs pour éviter qu'ils ne se répercutent directement sur les os. Ils sont composés de deux parties : l'extérieur est dur, c'est l'anneau fibreux. L'intérieur, au contraire, est mou : on parle de noyau gélatineux.

De nombreux ligaments relient ces articulations entre elles. On en distingue plusieurs types.

La colonne vertébrale est aussi le point d'attachement de très nombreux muscles, qui lui permettent de maintenir notre posture et de nous mouvoir. Parmi les plus connus, les muscles trapèze, qui descendent depuis le cou jusque dans le bas du dos ; les muscles paravertébraux, le long des vertèbres ; le muscle grand dorsal (qui relie le bas de l'épaule au tronc) ou encore les différents muscles de la posture.

Enfin, la moelle épinière descend le long de la colonne, à l'intérieur même des vertèbres, dans le canal rachidien, formé par les foramens successifs de ces vertèbres. Elle est ainsi bien protégée contre les éventuelles attaques extérieures. Heureusement, puisque c'est elle qui transmet toutes les informations envoyées par notre cerveau au reste de notre organisme et qui lui remonte les informations envoyées enregistrées par nos organes, la douleur notamment. La moelle épinière mesure en moyenne 45 cm de long et 12 mm de large. Elle se termine en dessous de l'articulation L1-L2 par la queue de cheval.

C'est donc cet ensemble très complexe, sollicité chaque jour au moindre de nos mouvements qui, malmené, peut engendrer des douleurs chroniques et profondes.

La colonne vertébrale : les vertèbres, les disques intervertébraux et la moelle épinière. © Servier Medical Art