La Taq polymérase est une enzyme extraite de la bactérie Thermus aquaticus. © molekuul.be, Fotolia

Santé

Taq polymérase

DéfinitionClassé sous :génétique , Taq polymérase , PCR

La Taq polymérase est un ADN polymérase utilisé pour l'amplification de l’ADN dans la réaction de polymérisation en chaîne ou PCR (polymerase chain reaction). La Taq polymérase est extraite de la bactérie Thermus aquaticus, un microorganisme thermophile vivant près de sources chaudes. Cette bactérie à Gram négatif a été mise en évidence par Thomas Brock en 1966 dans une source d'eau chaude du parc de Yellowstone

La Taq polymérase n'est pas le seul ADN polymérase utilisé pour la PCR. Par exemple, l'ADN polymérase de Thermococcus litoralis (Vent ou Tli polymérase) peut aussi servir à la PCR.

Utilisation de la Taq polymérase dans la PCR

La Taq polymérase peut résister à de très hautes températures et même à l'ébullition, ce qui en fait une enzyme intéressante pour la PCR. La Taq polymérase peut être utilisée à des températures où l'ADN est dénaturé, ce qui évite d'ajouter régulièrement une nouvelle enzyme pendant la PCR ; elle est active autour de 70-80 °C. Cependant la Taq polymérase a comme inconvénient de faire parfois des erreurs.

Pour faire une PCR, l'expérimentateur a besoin d'amorces oligonucléotidiques synthétiques qui s'hybrident aux extrémités du fragment à amplifier. Lors de la réaction de PCR qui a lieu dans un appareil dédié, un programme permet de réaliser 20 à 50 cycles avec les mêmes étapes :

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Comment la police scientifique enquête sur une scène de crime ?  Sur une scène de crime reconstituée pour la démonstration, un policier-enquêteur détaille les minutieuses opérations à effectuer pour comprendre ce qu’il s’est passé et relever tous les indices. L’ADN sera recherché sur le mégot et sur la tasse. Une poudre visualisera les « traces papillaires », qui permettront peut-être d’obtenir des empreintes digitales.