La crise sanitaire nous a privés de moments de convivialité. Pourtant, l’être humain a besoin de faire la fête. C’est presque inscrit dans ses gènes. Et en attendant que la vie reprenne « comme avant », pourquoi ne pas échanger vos impressions et vos expériences sur la plateforme EDF Pulse & You ? Le thème du moment : Et vous, comment (re) faites-vous la fête aujourd’hui ? © simona, Adobe Stock
Santé

Concerts, sorties, festivals : comment festoyer malgré la crise sanitaire ?

ActualitéClassé sous :vie , faire la fête , EDF Pulse & You

Après plusieurs mois de crise sanitaire, nous ressentons tous l'envie, le besoin même, de refaire la fête. Comme une simple manière d'échapper aux difficultés de ce quotidien douloureux ? Ou existe-t-il des raisons plus profondes ? Les chercheurs se sont penchés sur la question. Mais si vous avez votre idée à ce sujet, une campagne de co-idéation lancée sur la plateforme EDF Pulse & You vous invite à la partager.

Après les terrasses, ce sont bientôt les intérieurs des restaurants, des bars et des cafés qui vont rouvrir leurs portes. La crise sanitaire nous en avait privés depuis des mois. Mais l'étau commence enfin à se desserrer. Une excellente nouvelle pour tous ceux qui attendaient impatiemment de pouvoir refaire la fête. Ils sont d'ailleurs déjà nombreux à avoir partagé leurs émotions à ce sujet sur la plateforme EDF Pulse & You. Un projet en cours pose en effet la question aux Pulseurs (les citoyens inscrits sur la plateforme)  : Et vous, comment (re) faites-vous la fête ?

L'occasion d'échanger des témoignages et des sensations alors que le retour à une vie presque normale s'annonce enfin. Où chacun envisage à sa manière cette convivialité retrouvée, la perspective de nouveaux moments partagés. Vous aussi, vous pouvez faire part à la communauté des émotions qui vous animent ou encore de la façon dont vous allez aborder votre prochaine soirée festive. Aura-t-elle le même goût qu'avant le Covid ?

Sachez en attendant que les chercheurs ont beaucoup étudié le thème de la fête. Les chercheurs en sciences humaines, surtout. Ils s'y intéressent comme à n'importe quel autre fait anthropologique. Selon eux, la fête répond d'abord à un besoin inné chez les Hommes. Celui de manifester sa joie. Le résultat de la désobéissance d'Adam et Ève, suggèrent les théologiens.

Faire la fête, et tout particulièrement danser, a des effets bénéfiques sur la santé. Cela permet de diminuer le stress, d’améliorer le bien-être et la circulation sanguine, de faire des rencontres, d’adopter de bonnes postures ou encore de protéger le cœur et le cerveau. © pressmaster, Adobe Stock

De la sociologie à la physiologie, tout nous ramène à la fête

Les sociologues évoquent aussi une nécessité de communion. La fête, c'est le symbole de l'envie de se réunir. Pour tisser ou consolider des liens sociaux. Pour couper avec le quotidien et ses soucis. Se changer les idées et chasser l'anxiété. Et en ces temps de crise sanitaire, anxiogènes, nous en avons tous eu notre lot. Après avoir subi beaucoup de fortes contraintes, avoir été presque privés de liberté, refaire la fête nous permet de laisser le refoulé remonter à la surface. De s'autoriser à devenir un autre soi-même. Lors de soirées costumées et même de soirées plus classiques au cours desquelles on se laisse aller à lâcher prise. D'autant que faire la fête, c'est également, cette fois -- comme à l'occasion du Nouvel An ou d'un anniversaire -- une façon de clôturer une période et d'en ouvrir une autre.

Les philosophes proposent, de leur côté, plusieurs interprétations dans le même goût. Jean-Jacques Rousseau, qui aimait imaginer les Hommes comme corrompus par la société, l'envisage comme un moyen d'oublier les contraintes en laissant son corps s'exprimer par la danse. Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre voient, quant à eux, dans la fête, une manière de profiter pleinement de tout ce que la vie a à offrir. Une manière de libérer son imagination. Pour Mikhaïl Bakhtine, un historien et philosophe russe, participer à une fête permet de suspendre les hiérarchies sociales, de s'affranchir des conventions.

Notez enfin que danser libère notamment de l'endorphine et de la dopamine. La première agit comme un antidouleur. La seconde est littéralement le neurotransmetteur du bonheur. Et nous rappelle inconsciemment le rythme cardiaque de notre mère, lorsque nous grandissions en elle. Danser en groupe, c'est même une manière de faire caisse de résonance de l'apaisement que l'on ressent alors. De quoi certainement participer à notre besoin de refaire la fête !

Sujet réalisé en partenariat avec les équipes d'EDF

_

Ensemble, nous pouvons changer le monde. Ou au moins, le faire évoluer dans le bon sens. L'équipe de Futura en est convaincue. C'est pourquoi elle vous propose de découvrir cette initiative de co-innovation : la plateforme EDF Pulse & You. L'occasion de partager vos idées pour un futur durable et d'inventer le monde de demain.

  • Sur la plateforme EDF Pulse & You, un projet de co-idéation « Et vous, comment (re) faites-vous la fête aujourd’hui ? » bat son plein.
  • Pourquoi avons-nous tant besoin de refaire la fête, c’est l’une des questions que se posent les Pulseurs engagés.
  • Vous avez jusqu’au 21 août 2021 pour partager vos opinions à ce sujet ou pour livrer vos expériences et exprimer vos émotions à la sortie de ce confinement.
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !