Un homme de 61 ans a vu son visage se paralyser deux fois, après chaque dose de vaccin à ARNm. Un cas unique mais rare et sans gravité, rapporté par des médecins anglais.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'immunité des vaccins pourrait durer plusieurs années Une étude publiée dans Nature suggère que les vaccins à ARN comme Pfizer ou Moderna offrent unnull

Les vaccins sont surveillés comme le lait sur le feufeu par les autorités sanitaires. En France, c'est l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui répertorie et analyse les effets secondaires apparaissant à la suite d'une vaccinationvaccination, qu'ils soient connus et attendus, comme le syndrome grippal, ou plus rares et sérieux. Grâce à ce système, le lien a pu être établi entre les vaccins à adénovirus et les thromboses atypiques.

Les médecins de l'hôpital de Guilford, en Angleterre, décrivent le cas d'un homme de 61 ans atteint d'une paralysie faciale après chaque dose de vaccinvaccin Pfizer. Si la paralysie faciale avait été observée durant les essais cliniquesessais cliniques menés sur les vaccins à ARNmARNm, c'est la première fois qu'elle se déclenche après la première et la seconde dose chez le même patient.

Voir aussi

Vaccins anti-Covid-19 : le vrai et le faux des effets secondaires

Un cas unique de paralysie de Bell après chaque injection de vaccin

L'homme de 61 ans se rend aux urgences le lendemain de sa première dose vaccinale pour une paralysie du côté droit du visage. Il n'arrive plus à fermer son œilœil et son front est totalement figé. Le patient présente plusieurs comorbiditéscomorbidités comme le surpoidssurpoidsl'hypertension, l'hypercholestérolémiehypercholestérolémie et le diabète de type-2, mais n'a jamais expérimenté de paralysie faciale. Les médecins lui prescrivent un traitement à base de prednisolone et la paralysie disparaît après quatre semaines, sans laisser de séquelles.

Deux jours après sa dose de rappel, il retourne à l'hôpital pour les mêmes symptômessymptômes. Cet épisode est plus sévère que le précédent, l'homme se plaint de difficultés de déglutition. Il reçoit le même traitement et deux semaines plus tard, la paralysie s'est résorbée.

La paralysie de Bell est due à une lésion périphérique du nerf facial et provoque typiquement un affaissement de la bouche et de la paupière sur le côté du visage touché. © Wikipédia, CC by-sa 4.0
La paralysie de Bell est due à une lésion périphérique du nerf facial et provoque typiquement un affaissement de la bouche et de la paupière sur le côté du visage touché. © Wikipédia, CC by-sa 4.0

Une paralysie aux origines inconnues

Dans les deux cas, les médecins anglais ont diagnostiqué une paralysie de Bell. Cette pathologiepathologie est caractérisée par une faiblesse ou une paralysie périphérique soudaine des muscles du visage, souvent que d'un côté. Elle est due à un dysfonctionnement du nerfnerf facial qui contrôle la plupart des muscles de la face.

Les causes de la paralysie de Bell sont encore sujettes à discussion. Elle peut apparaître sans cause identifiable ou après une infection virale, notamment l'herpès et le SARS-CoV-2SARS-CoV-2. Une étude parue en juin 2021 dans Jama Otolaryngology-Head & Neck Surgery indiquait que les personnes infectées par le SARS-CoV-2 avaient plus de risque de déclarer une paralysie de Bell que les personnes vaccinées. Dans ce cas, l'homme a été testé négatif pour le SARS-CoV-2, et la présence d'autres virus n'a pas été recherchée.

Ce n'est pas la première fois que ce type de pathologie se déclenche à la suite d'un vaccin anti-Covid, deux autres personnes ont en souffert. L'une d'entre elles, une femme de 57 ans, avait déjà déclaré la maladie dans le passé. Le second, un homme de 37 ans, était en bonne santé. 

Trois cas sur des milliards de vaccinés, c'est trop peu pour considérer la paralysie de Bell comme un effet secondaire direct de la vaccination. D'ailleurs, l'étude Jama Otolaryngology-Head & Neck Surgery, citée plus haut, a conclu que le vaccin de PfizerPfizer n'augmente pas le risque de paralysie faciale. 

Les médecins de l'hôpital de Guilford notent tout de même que « la survenue des épisodes immédiatement après chaque dose de vaccin suggère fortement que la paralysie de Bell est attribuée au vaccin Pfizer-BioNTech, bien qu'aucune relation de cause à effet ne puisse être établie ».