Santé

Polio : la victoire de l’Inde laisse espérer l’éradication

ActualitéClassé sous :médecine , poliomyélite , polio

-

L'Inde vient d'achever sa troisième année sans qu'aucune nouvelle infection due à la poliomyélite ne soit reportée. Ce progrès est sans précédent pour ce pays qui comptait la moitié des cas dans le monde en 2009. Va-t-on vers l'éradication totale de la maladie à l'échelle de la planète ? Futura-Sciences fait le point.

Enfant recevant une dose du vaccin oral contre la poliomyélite au Nigéria. Avec seulement quelques doses comme celle-ci, les vaccins peuvent prévenir la maladie pour toute une vie. © Gates Foundation, Flickr, cc by nc nd 2.0

Maladie très contagieuse, la poliomyélite, ou polio, se transmet en général par l'ingestion d'aliments contaminés. Le poliovirus (PVS) peut alors s'infiltrer dans le système nerveux et s'attaquer aux neurones. Heureusement, les cellules immunitaires sont prêtes à se défendre et réussissent la plupart du temps à détruire cet agent infectieux. Cependant, chez les personnes fragiles, et notamment les enfants en bas âge, il peut conduire à différents symptômes allant d'une simple fièvre à une paralysie irréversible, voire mortelle. Selon l'organisation mondiale de la santé (OMS), 0,5 % des malades développeraient les troubles les plus graves.

Cet enfant présente une amyotrophie du membre inférieur droit due à la poliomyélite. Malheureusement il n’existe pas de traitement curatif. La vaccination est un bon moyen de se protéger contre cette maladie. © CDC, Wikimedia Commons, DP

Décrite pour la première fois au XIXe siècle, la polio a sévi dans le monde entier et a handicapé ou tué plusieurs millions de personnes entre la fin du XIXe et la moitié du XXe siècle. Heureusement, les progrès de l'hygiène et la vaccination développée dans les années 1960 ont permis un recul considérable de l'incidence de cette maladie. Le vaccin, mis au point par les scientifiques Jonas Salk et Albert Sabin, est administrable par voie orale, ce qui permet de l'utiliser facilement.

Des progrès considérables grâce à la vaccination

Depuis 1988, l'OMS, l'Unicef et le Rotary international ont rassemblé leurs forces pour mettre en place une initiative d'éradication de la poliomyélite au niveau mondial. Leurs efforts ont porté leurs fruits. Le nombre de personnes infectées a en effet diminué de plus de 99 % depuis cette date, passant de 350.000 à 223 cas notifiés en 2012. L'éradication de la polio est aujourd'hui officielle sur tout le continent américain, en Europe et dans les régions OMS du Pacifique occidental.

Et les progrès continuent de nos jours. Le 13 janvier dernier, l'Inde a franchi le cap des trois années consécutives sans nouveau cas de polio. Cela devrait conduire un comité d'experts à déclarer officiellement l'éradication de l'épidémie dans ce pays au mois de mars. « C'est une étape monumentale, se félicite Ghulam Nabi Azad, le ministre de la santé indien. Cela a été rendu possible grâce aux millions de travailleurs qui ont joint leurs efforts pour vacciner environ 170 millions d'enfants de moins de cinq ans dans le pays. » Selon lui, si la tendance se poursuit, la polio pourrait disparaître dans d'autres pays comme l'Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan, où elle est encore endémique aujourd'hui.

Les efforts doivent se poursuivre

Pour autant, le combat n'est pas encore gagné. Les manques de fonds et les groupes islamistes qui sévissent dans certains pays sont un rempart aux vaccinations de masse. Les flambées de polio qui reviennent régulièrement rappellent que le virus circule toujours. En juin dernier par exemple, l'OMS s'était inquiétée de l'apparition de cas dans la Corne de l’Afrique et avait alors lancé une nouvelle campagne de vaccination.

Depuis octobre 2013, la Syrie est le nouveau terrain d'inquiétude de l'OMS, qui a répertorié 17 cas de polio. Les déplacements de la population et la dégradation considérable des systèmes sanitaires favorisent les risques d'épidémie dans ce pays. Pour faire face à cette menace, l'organisation a décidé de frapper un grand coup et veut vacciner 23 millions d'enfants de moins de cinq ans au Moyen-Orient.

Cela vous intéressera aussi