Santé

Infections nosocomiales : bientôt un vaccin ?

ActualitéClassé sous :médecine , vaccin , Clostridium difficile

Le vaccin contre les infections à Clostridium difficile développé par le laboratoire Sanofi Pasteur entre aujourd'hui dans sa deuxième phase de tests. Si les résultats tiennent leurs promesses, ce sera une avancée dans la lutte contre les infections nosocomiales...

Prévenir les maladies nosocomiales en vaccinant les patients ? © Mermozine/Fotolia

L'incidence des infections à C. difficile (ICD) ne cesse en effet d'augmenter. C'est aujourd'hui la première cause d'infections nosocomiales (c'est-à-dire contractées en milieu hospitalier) en Europe et en Amérique du Nord - 500.000 cas annuels par exemple, sont rapportés aux seuls Etats-Unis !

« Associée à une utilisation plus rationnelle des antibiotiques et au respect des mesures de prévention, la vaccination pourrait s'avérer très efficace pour combattre les pathologies intestinales provoquées par la bactérie », explique le Dr Michel de Wilde, Vice-Président R&D de Sanofi Pasteur.

Le vaccin, outre son rôle préventif, pourrait également être administré aux patients infectés pour prévenir les récidives. « Au moins 20% des malades souffrent d'infections récurrentes après un premier épisode d'ICD ».

Un vaccin contre les infections à staphylocoques

La mise sur le marché d'un vaccin préventif présenterait également un intérêt économique. A l'heure actuelle en effet, le coût des traitements associés pour ces mêmes zones géographiques est estimé à cinq milliards d'euros...

Dans le même temps, Sanofi Pasteur vient de signer un accord mondial exclusif avec la société américaine Syntiron, pour développer et commercialiser son vaccin prophylactique contre les infections à staphylocoque. Actuellement en cours d'essais cliniques, ce dernier pourrait protéger contre le redoutable staphylocoque doré multi-résistant (SARM), réputé difficile à traiter par antibiotiques.

Le SARM est l'un des pathogènes les plus souvent responsables d'infections postopératoires. Il peut provoquer une intoxication alimentaire ou cutanée voire, si le patient n'est pas traité suffisamment tôt, une septicémie.

Cela vous intéressera aussi