Lors du dernier trimestre 2011, une inquiétante mortalité parmi les phoques préoccupait les scientifiques. Le coupable a été identifié : il s’agit d’un variant H3N8 de la grippe aviaire, inconnu jusque-là. Peut-il se transmettre à l’Homme ? Quel danger représente-t-il ? Des questions qui restent encore sans réponse…
Cela vous intéressera aussi

Les animaux ne sont pas toujours nos amis. Avant d'émerger chez l'Homme, de nombreuses maladies dévoilent leurs dangers dans une ou plusieurs autres espècesespèces. C'est par exemple le cas du Sida qui nous vient du singe, du Sras repéré chez la civette et, bien sûr, de la grippe qui provient des oiseaux et transite parfois chez une espèce de mammifèremammifère avant de nous atteindre.

Après l'épisode H1N1, la grippe porcinegrippe porcine, la maladie s'attaque depuis le dernier trimestre 2011 à des phoques, sous une nouvelle forme. Plagistes et surfeurs de la côte du nord-est des États-Unis ont signalé, à partir de septembre dernier, la présence de ces jeunes mammifères marins morts sur les rivages. En tout, 162 cadavres ont été récupérés, principalement des très jeunes individus de moins de 6 mois.

L'autopsieautopsie de cinq de ces corps a été réalisée par des scientifiques de la Columbia University de New York. Après séquençage, le coupable a été trouvé : il s'agit d'un variant inconnu de la grippe aviairegrippe aviaire H3N8. Une telle découverte soulève de nombreuses interrogations. Comment le virusvirus a-t-il pu passer de l'oiseauoiseau au phoque ? Peut-il aussi se transmettre à l’Homme ? Quel danger représenterait-il ?

Le H3N8 mutant tueur de bébés phoques

L'analyse plus précise du génomegénome viral, détaillée dans la revue en libre accès mBio, montre que cette souche est voisine de celle qui circula dans des populations d'oiseaux nord-américains en 2002. Depuis, les chercheurs ont dénombré pas moins de 37 mutations (notamment au niveau des gènesgènes Ha et Pb2, nécessaires respectivement à l'entrée du pathogènepathogène dans la cellule-hôte et sa réplicationréplication), dont certaines sont jugées importantes pour permettre au virus de se rendre de l'oiseau au mammifère.

Cette souche du virus de la grippe aviaire H8N3 n'avait jamais été observée auparavant. De ce fait, on ignore de quoi il est capable. Mieux vaut donc prévenir que guérir. © Anna Tanczos, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Cette souche du virus de la grippe aviaire H8N3 n'avait jamais été observée auparavant. De ce fait, on ignore de quoi il est capable. Mieux vaut donc prévenir que guérir. © Anna Tanczos, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Une fois dans son hôtehôte, le variant H3N8 s'attaque au système respiratoire en se liantliant aux récepteurs à l'acideacide sialique pour mieux pénétrer les muqueusesmuqueuses. Il cause des pneumonies sévères et des lésions cutanées. Les animaux retrouvés ne présentaient aucun signe de malnutrition, laissant penser que la dégradation menant à la mort a été rapide.

Une possible menace pour l’espèce humaine

L'émergenceémergence d'un nouveau virus de la grippevirus de la grippe transmissible de l'oiseau au mammifère inquiète les spécialistes qui veulent suivre cette affaire de près. Pour l'heure, la maladie ne semble pas se transmettre d'un phoque à l'autre, un peu à l'instar de la grippe H5N1H5N1 qui ne se communique pas d'Homme à Homme. Mais les études polémiques de ces derniers mois montrent que cette transition ne nécessite que peu de mutations (quatre ou cinq) de la part du virus.

De ce fait, les virologues s'interrogent sur les effets d'une éventuelle persistance de la souche dans la population des phoques. Si elle continue à circuler, elle pourrait se transformer, et on ignore encore son résultat. De plus, le phoque, à l'instar du porc, peut être simultanément infecté par des virus de la grippe aviaire et des virus de la grippe des mammifères. Des recombinaisons et hybridationshybridations sont possibles, capables de donner naissance à de nouveaux variants.

Mais l'heure n'est pas à la panique. Aucun cas humain n'a été signalé, ainsi rien n'indique que cette souche soit transmissible à l'Homme. Et il y a déjà eu plusieurs épidémiesépidémies de grippe H3N8 chez des chienschiens et des chevaux depuis les années 1960, mammifères autrement plus proches de nous au quotidien, sans que le virus ne nous infecte.

Cette étude nous permet de rester vigilants en suivant l'évolution de la souche H3N8 de près, afin d'anticiper une éventuelle épidémie mondiale. Comme dans tout jeux de stratégie, il faut systématiquement avoir un temps d'avance pour mieux battre son adversaire.