L’état d’urgence de santé animale est décrété au Mexique depuis que 1,7 million d’oiseaux d’élevage ont été touchés par la grippe aviaire H7N3, tuant 870.000 d’entre eux. La santé humaine n’est pas du tout compromise mais le pays d’Amérique centrale craint qu’une telle épidémie n'affecte violemment l’économie avicole. En Chine, plus de 150.000 volailles ont été abattues après que le virus H5N1, terriblement mortel, a été détecté…
Cela vous intéressera aussi

Depuis le 20 juin, une épidémieépidémie de grippe aviaire de sous-type H7N3 frappe durement les élevages de volailles de l'ouest du Mexique. D'après la Food and AgricultureAgriculture Organization (FAO), la branche de l'ONU chargée de l'alimentation, 1,7 million d'oiseaux ont été contaminés par le virusvirus depuis le 20 juin, et 870.000 bêtes sont mortes ou ont été abattues pour contrôler l'épidémie, ce qui a poussé le gouvernement national à décréter l'état d'urgence de santé animale. Sur les 150 fermes de l'État de Jalisco examinées, seules 10 présentaient des traces de la maladie. 

Ce virus se transmet par contact direct ou indirect entre les animaux mais aussi par les sous-produits infectés. Il ne représente aucun danger pour l'Homme, si ce n'est pour l'impact économique que de telles pertes entraîneront dans l'économie avicole mexicaine. Selon l'US Departement of Agriculture (USDA), 50 % des œufs du pays proviennent de cet État, ainsi que 11 % de la viande de volaille.

Autre continent mais problème comparable : depuis le 20 juin la Chine fait face quant à elle à une épidémie de grippe aviairegrippe aviaire H5N1 dans les élevages de la région du Xinjiang, puisque plus de 150.000 bêtes ont été abattues. Parmi elles, 1.600 avaient déjà succombé à l'infection et 5.500 étaient contaminées. Ce variant de la grippe, qui se transmet peu de l'animal à l’Homme et pas encore d'Homme à Homme, est mortel dans 60 % des cas. La vigilance s'impose donc dans ce pays où la maladie a déjà fait quelques victimes humaines.