Santé

Grippe : une enzyme clé protège les tissus de la nécrose

ActualitéClassé sous :médecine , grippe , virus de la grippe

-

Des chercheurs canadiens viennent d'identifier une protéine qui aide les poumons à se protéger contre le virus de la grippe en empêchant les lésions tissulaires. Cette découverte ouvre la voie vers de nouvelles stratégies de défense contre cet agent infectieux.

La grippe est une infection virale qui cloue facilement au lit. Des chercheurs ont mis le doigt sur une protéine qui protège les cellules lors d’une infection grippale chez la souris. © Anomalily, Flickr, cc by nc sa 2.0

Lorsqu'un pathogène pénètre dans l'organisme, les défenses immunitaires s'activent rapidement et font front commun pour lutter contre l'envahisseur. Les maladies infectieuses sont un peu comme une guerre entre un agent étranger et les cellules de l'hôte. La grippe ne fait pas exception à la règle : les différents acteurs de l'immunité coopèrent pour empêcher le virus de se multiplier tout en faisant face aux destructions tissulaires qu'il engendre. De son côté, le virus progresse comme il peut pour envahir l'organisme.

Chaque année de nouvelles souches grippales font surface et un nouveau vaccin doit être mis en place dans l'urgence pour immuniser la population. Malgré les nombreuses tentatives des chercheurs, il n'existe pas encore de remède miracle qui permettrait de se protéger une fois pour toute contre la grippe. Le virus de la grippe mute et le vaccin n'est en général pas efficace d'une année sur l'autre.

Le virus de la grippe A(H1N1) s'est fait connaître en 2009 en engendrant une pandémie. Bien que très hautement contagieux, il n'est pas d'une forte virulence en règle générale. Il a quand même occasionné des milliers de morts dans le monde au moins, et plus probablement des centaines de milliers. © C. Goldsmith, A. Balish, CDC, DP

Et si la solution consistait à mieux protéger les cellules plutôt que de maximiser les défenses immunitaires ? C'est à cette question pertinente qu'ont voulu répondre des chercheurs de l'université McGill à Montréal (Canada). Leurs résultats, publiés dans la revue Cell Host and Microbes, ont permis de mettre le doigt sur une protéine majeure impliquée dans la protection des tissus lors de l'invasion par le virus de la grippe chez la souris.

cIAP2, gardienne de la vie cellulaire

Au cours de cette recherche, les scientifiques se sont intéressés aux Cellular inhibitor of apoptosis (cIAP), des régulateurs de la mort cellulaire programmée et de l'immunité, dont le rôle lors d'une infection était jusque-là méconnu. Pour ce faire, ils ont fabriqué des souris génétiquement modifiées incapables de synthétiser certaines de ces protéines cIAP. Leurs efforts ont porté leurs fruits : les souris mutantes dépourvues de cIAP2 sont devenues beaucoup plus sensibles à l'infection par le virus de la grippe A(H1N1) que les souris saines. En d'autres termes, la protéine cIAP2 participe à la protection de l'organisme contre le H1N1. Mais comment ?

En étudiant le rôle de cIAP2 de plus près, les chercheurs ont montré qu'elle protégeait les tissus contre la nécrose, une forme de mort prématurée de la cellule. En effet, en inhibant le mécanisme de nécrose chez les souris mutantes, ils ont réussi à sauver les animaux d'une infection par le virus H1N1. Par des méthodes de génétique et de biochimie, les auteurs ont démontré que cIAP2 inhibait la mort cellulaire en activant des facteurs de survie à l'intérieur des cellules. En son absence, les acteurs de la nécrose se réveillent et les cellules périssent prématurément. Pour résumer, la protéine cIAP2 serait en quelque sorte la gardienne des cellules et les préserverait de la nécrose lors d'une attaque grippale.

Cette étude a permis la découverte d'une enzyme qui protège les tissus, et en particulier les poumons, contre la nécrose au cours d'une grippe. Selon les auteurs, ces résultats ouvrent la voie vers le développement de nouvelles stratégies de protection et de soin contre le virus. « Lorsque cIAP2 est présente, l'hôte tolère mieux l'infection et est beaucoup moins malade, explique Ian Rodrigue-Gervais, le principal auteur de l'étude. On pourrait développer des médicaments qui ont le même effet et soulagent les symptômes grippaux. » De nombreuses études sont cependant nécessaires pour extrapoler ces résultats à l'Homme et mettre au point des stratégies de traitement efficaces.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi